Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Pour la journée mondiale du rire, peut-on vraiment en mourir?

Derrière l'expression «mourir de rire», il se cache une réalité moins drôle.
Two couples having fun outdoors in the city.
Two couples having fun outdoors in the city.

Alors que le monde entier fête le rire ce dimanche 7 mai, beaucoup ignorent que derrière l'expression "mourir de rire" se cache une réalité moins drôle.

Bien sûr, le rire est bon pour la santé, excellent pour les voies respiratoires, pour la digestion, pour l'humeur ou encore contre la douleur mais le rire a aussi son côté obscur.

Que risque-t-on à trop rire?

Le rire "n'est pas seulement bon pour la santé" mettent en garde des chercheurs anglais qui ont signé une étude sur le sujet en décembre 2013. Cette étude parue dans le British Medical Journal (BMJ) cite par exemple le cas d'une femme atteinte d'une malformation cardiaque et qui est morte après trois minutes de rire ininterrompu.

Des personnes ont aussi avalé des objets lorsqu'ils voulaient reprendre leur souffle, d'autres se sont disloqués la mâchoire. Le rire peut être aussi un vecteur de transmission de maladie infectieuse selon ces chercheurs du City Hospital Birmingham.

Une crise de rire pathologique

Si les chercheurs anglais se sont cantonnés aux dangers banals du rire, un neurologue français, Patrick Verstichel a vu passer un cas digne d'un épisode de la série Docteur House. "Je me souviendrai toujours d'un de mes patients que tout faisait rire" explique-t-il dans la revue Cerveau & Psycho en 2008. Ce patient qui ne semblait pas être en mauvaise santé ne pouvait s'empêcher d'être hilare en permanence.

En cause, une lésion cérébrale. "Qu'on lui demande son lieu de naissance, il est pris d'un fou rire, les larmes lui montent aux yeux, il étouffe pratiquement sous les hoquets, incapable bien sûr de répondre", raconte encore le neurologue. Après un scanner, le spécialiste va découvrir une lésion localisée dans le lobe frontal droit du cerveau de ce patient, doublé d'un œdème qui comprime son cerveau. Cette lésion s'était formée à cause d'une dent infectée non soignée. Les bactéries se sont progressivement propagées au cerveau et ont proliféré. Résultat, crise de rire. Après l'opération, en revanche, le patient n'avait plus le cœur à rire, un mal profond le rongeait, la dépression.

VOIR AUSSI:

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.