Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un premier match à Toronto pour le Wolfpack

Après un début de saison tonitruant à l'étranger, le Wolfpack de Toronto va officiellement faire connaissance avec son public. Du même coup, la Ville-Reine fera connaissance avec le rugby et la toute première équipe professionnelle transatlantique.

Un texte de Simon Cremer

L'Oxford Rugby League Football Club sera l'adversaire samedi, au Stade Lamport de Toronto, domicile du Wolfpack et de l'équipe nationale canadienne de rugby.

« Il va y avoir du sang, de la sueur et du beau jeu. De ce que je comprends, au Canada, les gens aiment bien un peu de brasse-camarade, alors on va leur en donner », dit l'entraîneur-chef du Wolfpack, Paul Rowley.

L'idée d'une équipe canadienne en ligue anglaise est venue du président Eric Perez, qui a animé pendant six ans une émission sur le rugby au réseau Sportsnet.

Ça n'était pas facile de convaincre la ligue d'amener une équipe au Canada. J'ai dû mettre sur pied un bon plan d'affaires et prouver que le public était intéressé. Au final, la ligue a vu que nous avions de bonnes foules de 7000 personnes pour les matchs de l'équipe nationale, et que le Wolfpack pouvait devenir un ambassadeur de choix pour Toronto et pour le Canada.

Un défi logistique

Le Wolfpack est basé à Manchester pour le plus clair de sa saison. Pour les matchs à domicile, les joueurs sont installés au campus du Collège George Brown, dans l'ancien village des athlètes des Jeux panaméricains.

Leur calendrier est découpé en séquences de matchs à l'étranger puis à domicile, pour limiter les voyages. Le commanditaire principal de l'équipe, Air Transat, paie les frais de transport du Wolfpack et de ses adversaires pour les rencontres au Canada.

« Côté recrutement, nous cherchions des joueurs prêts à se lancer dans l'aventure, qui voulaient un défi », dit Rowley.

Départ sur les chapeaux de roue

Considérant le défi de taille qu'est la création d'une nouvelle organisation sur un autre continent, certains pourraient penser que les ambitions sur le terrain de Toronto auraient été modestes, pour la première année.

Rien n'est moins vrai. En matchs de ligue, le Wolfpack s'est monté une fiche parfaite de 5-0, avec des victoires de 80-0 et 76-0. Sa seule défaite, par cinq points, est survenue dans la Challenge Cup, un tournoi qui oppose des équipes des trois divisions de la Rugby League.

« Le début de saison est fantastique, franchement. On cherche encore à établir nos bases, à se connaître au sein de cette nouvelle équipe. Nous avons joué dans toutes sortes de situations, dans la boue, sur du synthétique. Oui, nous avons eu des pointages dans les 70, même 80 points, l'adversaire a levé le drapeau blanc », explique Rowley.

« D'ici trois ans, nous voulons être en Super League [la première division], ajoute Perez. D'ici cinq ans, je veux voir une parade avec le trophée de la Super League sur la rue Yonge. »

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.