BIEN-ÊTRE
05/05/2017 09:00 EDT

Vous pensez avoir un problème d'alcool? 13 signes que vous devriez ralentir votre consommation

Boire un verre après une journée difficile au bureau n’est pas nécessairement un signe de dépendance à l’alcool. Il est par contre possible que ce genre d’habitudes de consommation devienne un problème à la longue.

Au Québec, 6% à 7% des consommateurs disent boire des quantités excessives d’alcool sur une base hebdomadaire, selon Éduc'alcool.

Et sur toute la population de buveurs québécois, 10% vivraient une situation de dépendance et se souffrance.

Mais quels sont les signes pour reconnaître qu’on a dépassé la limite?

« Il y a plusieurs questions que vous devriez vous poser – ou devriez demander à un être cher – si vous pensez que vous ou qu’il a un problème de consommation d’alcool, affirme le Dr Paul McLaren, psychiatre consultant au centre de bienfaisance Priory’s Fenchurch Street Wellbeing Center de Londres, en entrevue avec nos confrères du HuffPost UK.

« Un bon point de départ est de comprendre votre relation avec l’alcool. Essayez de vous éloigner de questionnements du genre blanc ou noir, comme ‘Suis-je un buveur problématique ou non?’, ‘Suis-je alcoolique?’ ou ‘Suis-je physiquement dépendant?’ »

« L’alcool est potentiellement toxique pour tout le monde qui la boit, et elle peut l'être d’une manière différente pour chacun. Comprendre comment votre personnalité, vos stratégies pour faire face au stress et votre physiologie interagissent avec l’alcool est aussi important que de savoir combien de consommations sont recommandées pour la santé.»

Voici quelques questions que vous devriez vous demander afin de prendre conscience de votre relation avec l’alcool :

  • À quel point boire est-il important pour vous?
  • Priorisez-vous de boire à d’autres activités?
  • Consommez influence-t-il ce que vous faites d’autre dans votre journée?
  • L'alcool détermine-t-il comment vous voyagez?
  • Influence-t-il qu'est-ce que vous faites de vos temps libres et avec qui vous le faites?
  • Influence-t-il la manière dont vous passez vos vacances?
  • Priorisez-vous les dépenses en alcool?
  • Planifiez-vous vos lendemains de veille?

« Si les réponses à ces questions sont positives, l’alcool est important pour vous et il vaut la peine de prendre le temps de penser à une stratégie » pour réduire votre consommation », ajoute-t-il.

Voici quelques signes avant-coureurs qui pourraient signifier que vous ou un être cher dépendez de l’alcool :

  1. Vous avez du mal à vous amuser ou vous détendre sans boire un verre.
  2. Vous buvez régulièrement plus de 14 consommations par semaine. Il s’agit d’une bouteille et demie de vin ou six à huit bières (tout dépendamment du pourcentage d’alcool)
  3. Vous songez au prochain verre que vous allez prendre lors d’une soirée entre amis ou 5 à 7 de travail
  4. Vous avez un besoin compulsif de boire et vous avez du mal à vous arrêter une fois que vous commencez.
  5. Vous vous réveillez et sentez le besoin de prendre un verre le matin.
  6. Vous vous réveillez régulièrement et ne vous souvenez pas de ce qui s’est passé la nuit précédente en raison d’une consommation excessive d’alcool.
  7. Vous ressentez de l’anxiété, des sentiments dépressifs reliés à l’alcool et avez des pensées suicidaires
  8. Vous souffrez de symptômes de sevrage physique tel que la transpiration, des tremblements et de la nausée, qui s’arrêtent lorsque vous buvez.
  9. D’autres personnes se sont dites préoccupées par votre consommation d’alcool.
  10. Vous cachez votre consommation à ceux qui sont préoccupés par vos habitudes d’alcool.
  11. Vous prenez des risques tels que de conduire lorsque vous dépassez la limite ou en approchez.
  12. Vous buvez à l’heure du lunch et retournez au travail
  13. Vous prenez une gomme ou une menthe pour dissimuler l’odeur de l’alcool.

Ce texte a été adapté d'un texte du HuffPost UK.

VOIR AUSSI :

Galerie photo 10 choses que vous devez savoir sur l'abus d'alcool Voyez les images