Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Les trésors historiques du site Matamajaw seront mis en valeur

À Causapscal, le site patrimonial de pêche Matamajaw tente d'assurer sa pérennité en améliorant son exposition et en mettant davantage en valeur les trésors historiques qu'il recèle.

Fondé en 1873 par l'homme d'affaires Lord Mount Stephen, le Matamajaw Salmon Club est l'un des plus célèbres camps de pêche au saumon privés de la province, situé au bord des rivières Matapédia et Causapscal.

Un chargé de projet, Bruno Verreault, a été embauché pour mener à bien ce renouveau. Selon lui, les bâtiments originaux où logeaient les membres étaient de catégorie haut de gamme. « Les gens pouvaient payer jusqu’à 4000 dollars pour y loger et y pêcher » raconte-t-il.

Ces installations sont d’une grande richesse. La première fois où je suis entré dans le pavillon principal, j’ai été ébloui. J’avais parfois l’impression de me trouver dans le Titanic.

Le site a été vendu au début années 1900 au Matamajaw Salmon Club, qui l’a conservé jusqu’à l’époque du déclubage, dans les années 1970. C’était la fin des clubs privés. Les propriétaires ont cédé les clés au gouvernement du Québec.

Tout en organisant une nouvelle exposition - l’actuelle date de 2002 - Bruno Verreault doit faire en sorte que le site se qualifie au Programme d’aide au financement des institutions muséales (PAFIM) en 2019. Une dmenade d'aide financière est aussi adressée pour financer l'entretien des bâtiments.

L’objectif de la corporation Focus, qui gère le site, est d’augmenter le nombre de visiteurs, qui est actuellement autour de 1500 personnes par année.

Propriété de la ville de Causapscal, le site est une institution muséale reconnue par Québec, mais non soutenue depuis 2002. Le site est ouvert aux visiteurs de juin à septembre.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.