Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La série Sénateurs-Rangers vue de la Suède

Dans le vestiaire des Sénateurs d'Ottawa et des Rangers de New York, les joueurs sont questionnés sur les performances de leur équipe en anglais, en français et... en Suédois. Regard sur une série qui attire les amateurs de hockey, au-delà des frontières nord-américaines.

Un texte de Kim Vallière

Jonatan Lindquist est un des représentants des médias européens qui couvre les séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey (LNH). L’affrontement entre les Sénateurs et les Rangers est particulièrement intéressant pour lui. Deux des plus grandes vedettes de son pays s’y affrontent.

« Pour nous, c’est le duel entre l’ancien roi et le nouveau roi », dit-il en parlant d’Henrik Lundqvist, le gardien des Rangers, et d’Erik Karlsson, le défenseur des Sénateurs.

Le reporter s’assure de suivre leur carrière de près, à partir d’Anaheim, l’endroit où il s’est installé depuis deux ans pour être le correspondant de Viasat, le diffuseur officiel de la LNH en Suède.

Henrik est probablement le deuxième athlète préféré des Suédois, après le joueur de soccer Zlatan Ibrahimovic. Erik est la plus grande vedette de sa génération.

Karlsson commence de plus en plus à se faire remarquer par les amateurs de hockey de son pays d’origine, en raison de ses performances sur la glace, mais aussi grâce à sa personnalité.

« Il est charismatique, il peut être drôle quand il le veut. Il a des tatouages, des cheveux longs… Il se démarque », explique le journaliste, qui mentionne qu’on peut voir des gens déambuler dans les rues de la Suède avec des casquettes aux couleurs des Sénateurs. « Les Rangers demeurent l’équipe préférée des Suédois, en grande partie grâce à Hank (le surnom donné à Lundqvist). »

Le premier match entre les Sénateurs et les Rangers a fourni aux Suédois plusieurs raisons de se réjouir. Lundqvist s’est illustré avec 41 arrêts, tandis que Karlsson a inscrit le but la victoire en fin de troisième période.

« C’était un scénario de rêve », raconte Jonatan Lindquist. « D’une perspective suédoise, on veut qu’une de ces deux équipes-là se rende en finale. »

Ottawa compte sur trois représentants de la Suède (Karlsson, Viktor Stalberg et Fredrik Claesson) et les Rangers quatre (Lundqvist, Mika Zibanejad, Oscar Linberg et Jesper Fast).

Les Sénateurs en Suède

Les Sénateurs disputeront deux matchs du calendrier régulier à Stockholm en novembre prochain, contre l’Avalanche du Colorado.

Jonatan Lindquist prévoit s’y rendre pour couvrir l’événement et il s’attend à des matchs disputés à guichets fermés, en raison de la présence de Karlsson et du capitaine de l’Avalanche, Gabriel Landeskog.

« Le hockey est le deuxième sport le plus populaire en Suède », explique le journaliste. « C’est la chance pour eux de jouer devant leurs proches. Je crois que c’est un moment important aux yeux des joueurs suédois, certains ont des membres de leur famille plus âgés qui ne peuvent pas vraiment se déplacer au Canada et aux États-Unis. »

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.