POLITIQUE
05/05/2017 11:13 EDT

Des propos de l'ambassadrice du Canada en Hongrie, Isabelle Poupart, déplaisent

123ArtistImages via Getty Images
Canada and British Commonwealth and world national flags is flying

Le ministère hongrois des Affaires étrangères a convoqué l'ambassadrice du Canada en Hongrie après qu'elle eut exprimé son inquiétude quant à l'avenir d'une université de Budapest et de la liberté universitaire dans son ensemble.

Le ministère a indiqué vendredi que la déclaration de l'ambassadrice Isabelle Poupart sur de récents amendements à la loi sur l'éducation en Hongrie contient des faussetés et que la liberté université n'est pas menacée.

Mme Poupart avait déclaré par communiqué, jeudi, que le Canada était "très préoccupé" par les modifications à la loi qui visent l'Université d'Europe centrale (CEU), fondée par Georges Soros en 1991 et accréditée en Hongrie et dans l'État de New York.

Mme Poupart a ajouté que le Canada invitait la Hongrie "à établir un dialogue constructif pouvant paver la voie à une résolution rapide et efficace de cette question".

La Hongrie affirme que la CEU triche en délivrant des diplômes hongrois et américains, ce qui lui donne un avantage injuste sur les autres universités locales.

Le recteur de la CEU est Michael Ignatieff, ancien chef du Parti libéral du Canada.

LIRE AUSSI :

» Le double rôle diplomatique de Stéphane Dion remis en question

» Un député canadien illustre les bienfaits de l'ALÉNA

» L'opposition exige la démission du ministre de la Défense

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Les meilleurs emplois au Canada en 2017 Voyez les images