NOUVELLES
04/05/2017 02:11 EDT | Actualisé 05/05/2017 03:35 EDT

Inondations: pluie à l'horizon, les évacuations se poursuivent (VIDÉO)

Des milliers de citoyens du Québec, de l'Ontario et du Nouveau-Brunswick sont aux prises avec la crue printanière. Les inondations touchent plusieurs régions et Environnement Canada prévoit d'autres précipitations de pluie au cours du week-end.

Il pourrait tomber jusqu'à 60 mm de pluie d'ici dimanche soir dans l'est de l'Ontario et l'ouest du Québec. Ces régions déjà fortement touchées auront fort à faire pour affronter les éléments.

«Les Forces armées sont en préparation », confie le porte-parole de la Sécurité publique, Thomas Blanchet. « Ce qu’on [entend] sur le terrain, c’est que les municipalités sont en contrôle [de la situation]. Nous demeurons avec eux pour les soutenir dans la préparation de la crue des eaux, mais si jamais on avait besoin de ressources supplémentaires, on ferait appel aux Forces armées. Mais pour l’instant ce n’est qu’une option envisagée.»

M. Blanchet précise que c’est au ministère de la Sécurité publique de juger le moment opportun pour faire appel aux Forces canadiennes. « On sait qu’ils ont un délai de réaction rapide », précise le porte-parole. Ce dernier précise que les sinistrés qui décident de quitter leur résidence doivent en aviser la municipalité pour des raisons de sécurité.

«On évalue la situation en temps réel avec les municipalités qui sont le maître d’œuvre de la Sécurité civile sur le territoire », explique M. Blanchet. « On s’assure que les secteurs qui pourraient être potentiellement touchés par la crue des eaux soient protégés et que s’il y a des évacuations à faire elles soient faites avant la montée des eaux.»

La situation au Québec

L'eau continue de monter dans les quartiers inondés de la grande région de Montréal, pendant que de nouvelles précipitations s'abattent sur la région. La situation est particulièrement critique à Saint-André-d'Argenteuil, où la rivière des Outaouais a envahi la municipalité des Laurentides.

Les autorités prévoient que le niveau de l’eau augmentera encore d’une dizaine de centimètres au cours des prochaines heures en raison des précipitations qui s’abattront sur la région.

Une rue a été complètement fermée, quelque 160 résidences sont inondées et une soixantaine de citoyens ont été évacués dans un secteur résidentiel envahi par l’eau. Une majorité de résidents ont trouvé refuge chez des proches alors que d’autres ont été relogés dans un hôtel de Lachute.

Bien que les autorités conseillent fortement aux résidents de quitter leur demeure inondée, les évacuations demeurent volontaires pour l’instant.

Dans le cas de Roger Léonard, résident du quartier inondé, c’est sa fille qui est venue le « chercher de force ».

«C’est dur de quitter notre demeure et tous les biens qu’on a, on ne veut pas les perdre, poursuit-il. Mais on n’a pas le choix. Il faut vivre avec ça.»

«Il demeure des gens qui veulent absolument rester chez eux», déplore le directeur du Service de sécurité et de prévention des incendies de Saint-André-d’Argenteuil, Sylvain Moderie.

«On reste en poste, nous, en cas d’urgence, mais on ne fait plus de transports comme on le faisait chaque jour», poursuit-il en précisant que le niveau de l’eau ayant encore monté, la situation est devenue dangereuse pour les employés de la Ville et les citoyens.

La situation est similaire dans l’ouest de Montréal et à Laval. Les arrondissements de Pierrefonds et de L’Île-Bizard sont aux prises avec des inondations. À Laval, une vingtaine de résidents devront être évacués. Un seul pont relie l’île à la terre ferme et le courant menace d’emporter le seul lien routier.

Dans l’ensemble du Québec, quelque 50 rivières qui débordent dans les rues et résidences de 120 municipalités. Plus de 1300 résidences sont touchées et quelque 700 personnes sont évacuées.

Ce sont 14 des 17 régions administratives de la province – notamment l’Outaouais, les Laurentides, Lanaudière, la Mauricie et Montréal - qui sont touchées.

Ottawa prêt à intervenir au besoin

Le ministre fédéral de la Sécurité publique et de la Protection civile, Ralph Goodale, dit avoir assuré son homologue du Québec, Martin Coiteux, qu'au besoin le gouvernement canadien apporterait du soutien à la province.

«S'ils [les membres du gouvernement du Québec] concluent que la situation est au-delà de leurs capacités, ils vont nous le laisser savoir», a indiqué Goodale.

La ministre fédérale de l'Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, affirme pour sa part qu'il est difficile d'attribuer la cause des inondations actuelles aux changements climatiques.

Cela dit, la ministre reconnaît que les changements climatiques ont un impact significatif sur la vie des Canadiens. Elle cite à titre d'exemple non seulement les crues exceptionnelles mais aussi les feux de forêt, et assure qu'Ottawa investit pour que le pays puisse s'adapter à cette situation.

Mais pour le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, Ottawa n'en fait pas assez.

De passage en Mauricie, vendredi, M. Mulcair a pressé le gouvernement Trudeau d'intervenir, déplorant aussi que le gouvernement libéral n'ait rien fait pour rétablir les transferts aux provinces en prévision des urgences. Ces transferts avaient été réduits de 9 % par le précédent gouvernement conservateur.

Nouvelle crue à l'horizon

Bien que plusieurs résidences soient inondées, le niveau des rivières s'est stabilisé, selon l’hydrologue d’Hydro Météo Chloé Alassimone. «Les rivières sont stabilisées ou en décru puisque nous avons eu une pause dans les précipitations [au cours] des derniers jours, explique-t-elle. Même la rivière des Mille-Îles a été plus lente à monter au cours des dernières heures.»

«La reprise des précipitations […] va provoquer une nouvelle hausse»

— Chloé Alassimone

«Les secteurs déjà inondés présentement – toute la région de Montréal, Lac des Deux Montagnes, Lac Saint-Louis – doivent s’attendre à ce que le niveau de l’eau continue légèrement de monter, ajoute Mme Alassimone. On s’attend toutefois à ce que la hausse soit moins soutenue que ce que l’on a connu au cours des derniers jours.»

«On s’attend à ce que le niveau le plus haut soit atteint dimanche ou lundi»

— Chloé Alassimone

«Présentement le niveau du fleuve est très, très haut, poursuit l'hydrologue. C’est une crue importante qu’on ne retrouve pas régulièrement. On parle d’un phénomène qui ne se produit que tous les 20 à 40 ans.»

«Il faudra plus d’une semaine à l’eau pour se retirer», a-t-elle ajouté.

Mme Alassimone explique que certaines régions ont été épargnées par les inondations parce que la succession de précipitations qui se sont abattues sur le Québec, se sont concentrées sur la ligne formée de l’Outaouais, la Montérégie, les Laurentides, Lanaudière et la Mauricie. « Les régions de l’Estrie et du Centre-du-Québec ont reçu beaucoup moins de précipitations et c’est encore le cas avec le système qui s’abat présentement sur le Québec », poursuit-elle.

En Outaouais...

Selon les prévisions de la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais, les niveaux d'eau devraient atteindre leur point culminant en début de semaine prochaine.

Dans la municipalité rurale de Saint-André-d'Argenteuil, à moins de 100 kilomètres au nord-ouest de Montréal, la population compose avec des inondations, des glissements de terrain et des affaissements de routes.

Jusqu'à présent, 160 résidences ont été inondées et une soixantaine de personnes ont été évacuées. Le Service de sécurité et de prévention des incendies affirme que, dans la nuit de mercredi à jeudi, le niveau de l'eau a grimpé de 10 cm. Les sacs de sable patiemment empilés par les citoyens en bordure de leur maison ont été emportés par la rivière des Outaouais.

La Croix-Rouge s'est installée à la mairie jeudi pour venir en aide aux sinistrés.

De l'autre côté de la rive se trouve Rigaud, qui n'est pas épargnée non plus par ces crues : 400 résidences sont touchées. Soit elles sont inondées, soit elles se trouvent sur un chemin désormais inaccessible en raison de la crue. La Croix-Rouge vient en aide à quelque 60 personnes à Rigaud actuellement.

«Même si on leur en parle depuis un bon moment, les gens ne font que commencer à réaliser l'ampleur de ce qui arrive. Ils sont émotifs et très secoués.» - Marie-Andrée Gagnon, responsable du service des communications de la Ville de Rigaud

Mme Gagnon cite en exemple une dame de 81 ans secourue en fin de soirée mercredi par les autorités, qui ont mis une heure et demie aller-retour pour aller la chercher en bateau. La dame vit seule dans sa maison du chemin de la Pointe-Séguin, l'un des trois chemins de la municipalité de Rigaud fermés mercredi. Comme les puits sont contaminés et les fosses septiques inutilisables, le maire demande l'intervention des proches des personnes qui refusent de quitter leur domicile.

Le service de navette qu'avait instauré la municipalité a dû être annulé, parce que les rues, les routes et les chemins sont devenus dangereux.

Il s'agit de la deuxième crue pour Rigaud, qui en avait vécu une première, fin mars. Depuis cette date, le niveau de la rivière des Outaouais a crû de 2,35 mètres. La hausse du niveau de l'eau a atteint 8 cm entre mercredi et jeudi.

Des îles mal en point

Après que la Ville de Laval eut annoncé, jeudi après-midi, l'évacuation des 22 résidences de l'Île Verte, située au sud-ouest de l'île Jésus, à Laval, la police a annoncé que cette évacuation était retardée. Les autorités craignent l'érosion du sol sous le seul pont qui donne accès à l'île.

Des sacs de sable tentent de bloquer la crue, rue des Plaines à Laval-sur-le-Lac Photo : Radio-Canada

Sur l'Île Mercier, où les pompiers avaient procédé à des évacuations mercredi, on dénombre maintenant une vingtaine de résidents qui ont été déplacés. Le pont reliant cette île à l’Ouest-de-l’Île de Montréal est recouvert d'eau.

À l'île Bizard, 10 personnes ont dû quitter leur domicile.

La surveillance demeure intense non seulement dans la région de Montréal, mais aussi dans les régions de l'Outaouais, des Laurentides, de Lanaudière, de la Montérégie et de la Mauricie.

Le premier ministre, Philippe Couillard, a salué les efforts des élus municipaux et a souligné l'importance pour les autorités des divers paliers de gouvernement d'être sur le terrain.

« Vous n'êtes pas seuls. On est avec vous. Le gouvernement fédéral également, est en lien avec nous », a insisté M. Couillard, ajoutant que « tous les outils et toutes les aides nécessaires » seraient mis à contribution pour assurer la sécurité des citoyens et de leurs biens.

La quasi-totalité des régions du Québec affectée

Les préoccupations demeurent vives quant au niveau des cours d'eau, en particulier celui du fleuve Saint-Laurent et de la rivière Saint-Maurice. Dans 14 des 17 régions du Québec, les citoyens demeurent sur le qui-vive en prévision de la pluie abondante qui est attendue dès vendredi.

Dans l'Est de l'Ontario, la municipalité de Clarence-Rockland, à l'est d'Ottawa, a déclaré l'état d'urgence, tandis qu'à Toronto, les équipes d'urgence s'apprêtent à évacuer les îles.

LIRE AUSSI :

» Vigilance et patience, recommande le ministre Coiteux

» Les inondations forcent Rigaud à décréter l'état d'urgence