Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Condamné pour avoir proféré des menaces de mort sur les réseaux sociaux

An illustration picture shows a man starting his Twitter App on a mobile device in Hanau near Frankfurt, October 21, 2013. REUTERS/Kai Pfaffenbach (GERMANY - Tags: BUSINESS SOCIETY)
An illustration picture shows a man starting his Twitter App on a mobile device in Hanau near Frankfurt, October 21, 2013. REUTERS/Kai Pfaffenbach (GERMANY - Tags: BUSINESS SOCIETY)

Une affaire qui rappelle que menacer quelqu'un de mort sur les réseaux sociaux peut mener à une condamnation devant les tribunaux.

Un texte de Julie Marceau

Robert Rivard, 52 ans, arrêté en 2016 pour avoir proféré des menaces contre deux représentants de la communauté arabo-musulmane, a été condamné cette semaine à ne pas troubler l'ordre public pendant 12 mois et s'approcher physiquement ou communiquer avec Hajar Jerroumi et Haroun Bouazzi.

Hajar Jerroumi est agente de projets à l'Institut du Nouveau Monde et Haroun Bouazz est coprésident de l'Association des musulmans et des Arabes pour la laïcité au Québec (AMAL-Québec).

La plainte a été faite à l'automne 2016 et l'enquête confiée au Module sur les incidents et crimes haineux du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Selon la sommation déposée au palais de justice de Montréal le 19 janvier, la Direction des poursuites criminelles et pénales (DPCP) disait avoir des raisons de craindre que Robert Rivard ne « cause des lésions personnelles [...] ou endommage » la propriété de Haroun Bouazzi et de Hajar Jerroumi.

Hier, aux Assises annuelles de l'Union des municipalités du Québec (UMQ), le directeur du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV), Herman Okomba-Deparice, rappelait justement que les discours haineux peuvent mener à une radicalisation menant à la violence.

VOIR AUSSI:

Funérailles à Québec pour trois victimes de l'attentat

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.