POLITIQUE
05/05/2017 12:32 EDT | Actualisé 05/05/2017 12:32 EDT

Convergence souverainiste: le PQ met de la pression sur Québec solidaire

Clement Allard

Le Parti québécois presse les militants de Québec solidaire de prendre une décision sur la convergence souverainiste lors du congrès qui se tiendra du 19 au 21 mai prochain, révèle une lettre du conseil exécutif national du parti qui a été rendue publique vendredi.

« Un report du débat en novembre, c’est-à-dire un report de la négociation à la toute fin de 2017 et une ratification qui déborderait en 2018 – donc à quelques mois de l’élection –, posera des problèmes quasi insurmontables, d’autant plus que certains laissent entendre que le gouvernement libéral pourrait être tenté de ne pas respecter le principe des élections à date fixe », peut-on y lire.

À l'heure actuelle, les militants de Québec solidaire sont invités à se prononcer sur trois options distinctes lors de leur congrès: le rejet de tout pacte électoral avec le PQ, l’ouverture de négociations, ou le report de la décision au mois de novembre.

L'objectif de la convergence entre le Parti québécois et Québec solidaire est d'éviter la division du vote souverainiste afin d'empêcher la réélection d'un gouvernement libéral. L'affaire fait l'objet de tractations depuis de nombreux mois déjà, mais divise les électeurs des deux formations.

LIRE AUSSI:

» Quels seraient les termes d'une alliance PQ-QS?

» Pourquoi le PQ poursuit-il les électeurs solidaires?

Dans un point de presse donné jeudi en début de journée, le chef péquiste Jean-François Lisée avait laissé poindre cette impatience, en assimilant un possible report de la décision de Québec solidaire au mois de novembre à un « échec », étant donné l'échéancier électoral à venir.

« Pour nous, ce report, ça signifierait l’échec du processus, parce que ce ne serait pas possible de l’installer, si on le reportait en novembre », a-t-il déclaré. « Nous respectons leur débat interne face à ça. Nous espérons, nous, du Parti québécois que, en mai, ils donnent une réponse positive. »

En vertu de modifications électorales adoptées en 2013, les élections générales doivent se tenir à date fixe. Les prochaines doivent avoir lieu au plus tard le 1er octobre 2018. Le premier ministre Philippe Couillard conserve cependant le pouvoir de les déclencher de façon hâtive, et des rumeurs à ce sujet ont récemment circulé.

Voir aussi: