Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Circulation au ralenti sur le fleuve

La circulation des navires se fait au ralenti sur le fleuve Saint-Laurent entre Québec et Montréal en raison du niveau de l'eau. Les pilotes, dont celui du Veendam qui doit quitter Québec pour Montréal en fin de journée, doivent adapter leur navigation.

Le niveau de l’eau force les pilotes à réduire la vitesse au moins de moitié, dépendamment de la forme de leur navire et son tirant d’eau, mentionne Alain Arseneault, président de la Corporation des pilotes du Saint-Laurent central.

« Lorsqu’on a des niveaux d’eau de plus de 3 mètres comme on vit en ce moment, les murs de protection [le long de propriétés riveraines] sont complètement inondés, alors il faut réduire, adapter la vitesse des navires pour diminuer l’impact des vagues sur les propriétés riveraines. »

Le niveau de l’eau est particulièrement élevé dans le secteur de Trois-Rivières. La situation était déjà sous surveillance depuis un mois, mais les deux dernières semaines avec les pluies abondantes engendrent une situation particulière, mentionne M. Arseneault.

« On vit ces crues pendant une plus longue période que ce à quoi on est habitués au printemps habituellement », dit-il.

Départ du Veendam

Malgré les contraintes, le navire de croisières Veendam, accosté à Québec, devrait pouvoir quitter Québec comme prévu. Des inquiétudes étaient soulevées quant à possibilité que le dégagement aérien sous le pont Laviolette à Trois-Rivières ne soit pas suffisant en raison du niveau élevé de l’eau.

La décision sera prise plus tard aujourd’hui, mais le navire devrait pouvoir naviguer sans encombre, estime Alain Arseneault.

« Selon toute vraisemblance, aujourd’hui, le navire devrait être en mesure de monter tel que prévu à Montréal sans problème. Les dégagements aériens demeurent suffisants pour permettre un transit sécuritaire », dit-il.

La Corporation des pilotes du Saint-Laurent, qui suit la situation de près, a déjà demandé à ses pilotes à la fin mars d’adapter leur vitesse aux niveaux de l'eau qui étaient à la hausse.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.