NOUVELLES
03/05/2017 09:13 EDT | Actualisé 03/05/2017 09:44 EDT

Les crues exceptionnelles mettent le Québec sur le qui-vive

La situation s'aggrave au Québec, où de fortes pluies continuent de ruisseler vers les rivières, gonflant leur débit. Résultat : une cinquantaine de rivières ont débordé ou font l'objet de surveillance dans 14 des 17 régions de la province. Quelque 600 résidences ont été inondées ou ont dû être évacuées.

Il n'y a pas d'éclaircies en vue, puisque des précipitations sont attendues jusqu'au milieu de la semaine prochaine, selon Thomas Blanchet, porte-parole de la Sécurité publique du Québec, qui se trouvait à Nicolet mercredi.

Dans cette région du Centre-du-Québec, le niveau du fleuve Saint-Laurent préoccupe les autorités. En raison du débordement du fleuve, une quarantaine de propriétés du secteur Port Saint-François, à Nicolet, sont isolées.

Ailleurs, dans le nord-ouest de Montréal, l'île Mercier est submergée et les résidents d'une cinquantaine de maisons devaient être évacués – uniquement sur une base volontaire – par les pompiers.

À Pierrefonds et sur l'île Bizard, dans la nuit de mercredi, la rivière des Prairies est sortie de son lit si rapidement qu'elle a surpris les résidents, qui ont à peine eu le temps de protéger leurs biens. En l'espace de quelques heures, de nombreuses rues ont été inondées, de même que les sous-sols des riverains.

Une trentaine de résidences ont été évacuées, toujours sur une base volontaire.

Une cinquantaine de pompiers et des agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) prêtent main-forte aux citoyens pour sécuriser les environs.

Martin Guilbault, chef aux opérations du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM), affirme que les secteurs touchés sont L'Île-Bizard, l'arrondissement Pierrefonds-Roxboro et, à l'est, le boulevard Saint-Jean jusqu'à Ahuntsic-Cartierville.

« Message important aux citoyens : si vous utilisez des génératrices portatives à essence ou au propane, n'ayez pas ces génératrices-là à l'intérieur de vos domiciles en raison du monoxyde de carbone. Les génératrices doivent être à l'extérieur des domiciles. »

Martin Guilbault, chef aux opérations du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM)

inondation ïïilebizard

Les secteurs de L'Île-Bizard et de Pierrefonds-Roxboro ont été inondés par la crue des eaux. Photo : Radio-Canada/Alain Béland

Deux centres de commandement ont été ouverts à Pierrefonds et à L'Île-Bizard. Un centre d'hébergement a été instauré à L'Île-Bizard, où des résidences, sur les rives du lac des Deux Montagnes, ont carrément été frappées par des vagues.

À Laval, les citoyens habitant aux abords de la rivière des Prairies observent avec inquiétude la hausse du niveau de l'eau.

La Sécurité civile de la Ville de Laval a d'ailleurs rappelé aux riverains de procéder à la mise en place de mesures de protection, un avis qui pourrait aussi bien être adressé aux résidents de nombreuses autres municipalités. « Il est fortement recommandé aux citoyens de protéger les entrées et ouvertures de leurs maisons [à l’aide] de sacs de sable », indique l’avis de la Ville de Laval. Ils sont également invités à déplacer leurs meubles et effets personnels à l’étage supérieur de leur résidence, à déterminer à l’avance un endroit où se loger en cas d’inondation ou encore à prévoir une trousse d’urgence 72 heures, composée notamment d’eau, de nourriture, d’un appareil radio, de couvertures et d’une trousse de premiers soins.

À Rigaud, en Montérégie, les habitants de 400 résidences pourraient être touchés par la montée des eaux.

Le ministre de la Sécurité civile, Martin Coiteux, a affirmé mercredi que, partout dans la province, « les plans d'urgence fonctionnent, les autorités municipales sont bien préparées et les services d'incendie et de police jouent pleinement leur rôle ».

Hydro-Québec assure n'avoir rien à se reprocher

Dans la région de Shawinigan, en particulier, des gens se sont inquiétés du lien de cause à effet qu'il pourrait y avoir entre les inondations et la gestion que fait Hydro-Québec de ses barrages et réservoirs. Plusieurs croient que la société d'État fait preuve de négligence en laissant l'eau s'écouler alors qu'elle n'aurait qu'à fermer les vannes.

Mais, le ministre Coiteux a assuré que les barrages ne sont nullement en cause.

C'est aussi ce qu'a soutenu Jean Matte, directeur de la planification de la production à Hydro-Québec, qui a expliqué en entrevue que si on en venait à fermer complètement un réservoir, il se remplirait rapidement et il faudrait ensuite relâcher des quantités d’eau bien plus considérables. « Ce serait beaucoup plus important comme impact sur la population », a-t-il souligné.

« Au-delà d’un certain niveau, l’eau va passer par-dessus les ouvrages. Donc, on doit garder ça à l’intérieur des niveaux pour lesquels les ouvrages sont conçus. »

Jean Matte, directeur de la planification de la production à Hydro-Québec

« Tous les gestes qui ont été posés par Hydro-Québec jusqu’à maintenant l’ont été avec un seul critère : la protection de la population », a insisté M. Matte.

inondation pierrefonds

L'eau de la rivière des Prairies a envahi plusieurs rues de Pierrefonds. Photo : Radio-Canada/Simon-Marc Charron/Radio-Canada

Gatineau mise à l'épreuve

À Gatineau, on n'avait pas vu des niveaux d'eau aussi hauts en 20 ans. Et le pire est à venir, car 50 mm de pluie sont attendus dans les jours à venir. De nombreux chemins sont fermés.

Les autorités ont évacué 82 résidences et elles ont relocalisé 145 personnes.

Tout près, à Ottawa, les autorités ont aussi mis des mesures en place.

À Maniwaki, les niveaux des rivières Désert et Gatineau sont à la hausse et des personnes ont été évacuées.

Dans Lanaudière, bien que les rivières Noire et Ouareau soient toujours au-dessus de leur seuil d'inondation mineure, leur niveau a commencé à baisser. Celui des rivières L’Assomption et Bayonne continue toutefois de monter.

Le niveau de plusieurs rivières devrait se stabiliser au cours de la journée de jeudi, mais le niveau de certaines autres continuera de monter. C’est le cas notamment des rivières des Outaouais, des Prairies et des Mille Îles, ainsi que du lac des Deux Montagnes, où l’eau continuera de monter au cours des prochains jours.

De fortes précipitations sont prévues vendredi et samedi dans plusieurs régions du Québec.

Dans le Bas-Saint-Laurent, la Sécurité civile surveille le débit de nombreuses rivières. Les risques d'inondation demeurent élevés dans certains secteurs.

Le vent, un facteur non négligeable

Le directeur des opérations d’Hydro Météo, Pierre Corbin, affirme que la crue rapide de la rivière des Outaouais s’est répercutée sur la rivière des Prairies. Les vents qui se sont levés en fin de soirée sont venus envenimer la situation, selon lui.

« Les vents du sud-ouest ont pris l’eau du lac des Deux Montagnes et l’ont poussée dans la rivière des Prairies du côté de l’île Bizard. C’est un peu ce qu’on retrouvait en 2011 sur la rivière Richelieu quand il y avait des vents du sud. »

« Plus le système hydrique est élevé, comme c’est le cas présentement, plus il est fragile aux différentes directions du vent. »

Pierre Corbin, Hydro Météo

M. Corbin ajoute que la situation inverse pourrait aussi se produire. Les eaux peuvent se retirer rapidement sous l’effet de vents forts.

« Les niveaux d’eau ne devraient baisser que sur les petits cours d’eau en Mauricie, dans Lanaudière et peut-être aussi dans la vallée de l’Outaouais, ajoute M. Corbin. Mais les gros cours d’eau comme le fleuve Saint-Laurent, le Richelieu et la rivière des Outaouais – et par conséquent, le lac des Deux Montagnes de même que les rivières des Prairies et des Mille Îles – resteront très élevés, voire à la hausse. »


LIRE AUSSI :

» Vigilance et patience, recommande le ministre Coiteux devant les crues

» Crue des eaux à Maniwaki: 66 résidents d'un CHSLD doivent être évacués


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter