NOUVELLES
01/05/2017 11:35 EDT | Actualisé 01/05/2017 12:00 EDT

Nigeria: les travailleurs réclament l'augmentation du salaire minimum

Les travailleurs nigérians ont protesté lundi contre les bas salaires lors d'un rassemblement organisé pour célébrer le 1er mai dans la capitale Abuja, alors que le géant ouest-africain traverse une des pires crises économiques de son histoire.

Des milliers de salariés nigérians s'étaient rassemblés pacifiquement à l'appel des syndicats dans la capitale administrative du pays, quand plusieurs centaines d'entre eux ont chahuté le ministre du Travail, l'empêchant de prononcer son discours et l'obligeant à quitter le podium, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Non, Non, Non!", ou encore "Nous voulons un nouveau salaire minimum!" criaient les salariés mécontents à l'adresse du ministre Chris Ngige, hué à plusieurs reprises.

Le ministre et d'autres dignitaires, comme les présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale ont alors quitté Eagle square, où avait lieu la célébration du 1er mai, tandis que les forces de police se sont déployées pour contenir d'éventuelles débordements. La foule s'est finalement dispersée dans le calme.

Le salaire minimum actuel au Nigeria est de 18.000 naira (53,4 euros), mais les syndicats négocient depuis plus d'un an avec le gouvernement et le secteur privé afin de le réévaluer. Les principales plateformes syndicales, qui réclament un minimum de 56.000 naira par mois, n'ont jusqu'alors pas obtenu gain de cause auprès de leurs partenaires sociaux.

Le Nigeria, l'un des principaux producteurs de pétrole africains, est entré en récession l'été dernier et peine à relancer son économie, alors que les cours mondiaux du brut restent bas et que sa monnaie a chuté face au dollar.

ola-cl/sba