NOUVELLES
01/05/2017 13:40 EDT | Actualisé 01/05/2017 13:42 EDT

Le stoppeur Greg Holland connaît un début de saison parfait avec les Rockies

DENVER — Encore aujourd'hui, Greg Holland déplore le «sauvetage» qu'il n'a pas été en mesure de compléter pendant qu'il se rétablissait d'une opération de type Tommy John, l'été dernier.

Voici le contexte: le canoë-kayak dans lequel il prenait place a chaviré sur une rivière de la Caroline du Nord, l'expédiant à l'eau, de même que quelques-unes de ses précieuses cannes à pêche, emportées par le courant. Il n'a jamais pu les récupérer.

Depuis ce jour, Holland est impeccable au chapitre des sauvetages.

À sa première saison depuis son opération au coude, le stoppeur des Rockies du Colorado a sauvegardé 11 victoires en autant de tentatives. Il a également aidé son équipe à compléter le premier mois de la campagne au sommet du classement de la section Ouest de la Ligue nationale avec un dossier de 16-10.

«En général, je parviens à imprégner une bonne rotation à mes lancers, a déclaré Holland, qui a concédé deux points en 12 manches tout en retirant 13 frappeurs au bâton.

«Tant que je fais mon travail et que je retire les frappeurs rivaux, c'est tout ce qui m'importe.»

Les balles rapides de Holland atteignent régulièrement la vitesse de 96 m/h, et ses lancers ont repris du mouvement. Cette version de Holland ressemble à celle qui lui a permis d'être nommé au match des étoiles en deux occasions avec les Royals de Kansas City, avant de devoir se soumettre à une opération, en octobre 2015, au moment où son équipe se dirigeait vers une conquête de la Série mondiale.

En avril, Holland a égalé la marque d'équipe pour le plus grand nombre de sauvetages en un mois, réalisée par Brian Fuentes en mai 2007 et par Huston Street en juin 2009. Surtout, sa fiabilité a servi de tonique à un enclos de releveurs qui ne l'a pas toujours eu facile.

L'an dernier, les lanceurs de relève des Rockies ont affiché une moyenne de points mérités de 5,13, la pire dans les Ligues majeures, et ils ont saboté 28 avances. Cette saison, ils présentent une fiche de 8-0 dans les matchs s'étant terminés par un point et ont limité les frappeurs adverses à une moyenne globale de ,229.

«Nous voulons être un élément fort de l'équipe, a expliqué Adam Ottavino. C'est quelque chose qui nous tient à coeur.»

La route vers un retour dans les Ligues majeures n'a pas été facile pour Holland, qui est devenu joueur autonome en décembre 2015 lorsque les Royals ne lui ont pas offert de contrat pour la saison suivante. Il y a eu des moments où il ignorait quand il pourrait de nouveau monter sur le monticule d'un stade des Ligues majeures.

«Je ne sais pas si 'anxiété' est le terme exact, mais un certain doute s'installe, admet Holland, un choix de 10e ronde des Royals lors du repêchage des joueurs de première année, en 2007. La patience est nécessaire.»

Pendant son absence des terrains de baseball, Holland a passé du temps auprès de son épouse et de son jeune fils, a joué au golf — lorsque l'état de son coude lui a permis de le faire — et a pratiqué un peu de chasse et de pêche. Et son histoire de pêche est plutôt savoureuse, surtout que son frère a ramé en sa direction pour venir à son aide... avant de chavirer à son tour.

«Personne n'a été blessé, a souligné Holland. Mais mon frère et moi avons perdu quatre cannes à pêche; c'est plutôt bête.»

Lors d'une séance d'entraînement au début de novembre, il a été rapporté que la vitesse des tirs de Holland s'établissait entre 89 et 91 m/h, loin des 96 m/h qu'il avait l'habitude d'atteindre.

Ça n'a pas découragé les Rockies, et plus particulièrement l'instructeur des lanceurs Steve Foster, qui avait côtoyé Holland à Kansas City, et Darren Holmes, l'entraîneur dans l'enclos des releveurs, qui demeure non loin de chez lui à Asheville, en Caroline du Nord.

«J'en savais beaucoup sur lui avant même que je lui serre la main, a mentionné le gérant des Rockies, Bud Black. Le détail qui m'a le plus frappé à son sujet — et c'est quelque chose que l'on retrouve chez tous les grands joueurs —, c'est sa préparation, qui est impeccable.»

Les Rockies ont officiellement embauché Holland le 28 janvier.

«En ce moment, si tôt en saison, je suis dans une bonne position, a affirmé Holland. Je ne pense pas à ce à quoi je ressemblais il y a deux ou trois ans. Ce qui me préoccupe, c'est de présenter la meilleure version possible de moi, en ce moment.»