NOUVELLES
01/05/2017 17:27 EDT

L’Union des chefs autochtones appelle à voter contre Christy Clark

L'Union des chefs autochtones de la Colombie-Britannique (UBCIC) prend officiellement position à huit jours du scrutin provincial en demandant aux Britanno-Colombiens de voter pour n'importe qui sauf pour les libéraux de Christy Clark.

Un texte de Fanny Bédard

Le groupe estime que la province a besoin de changement après 16 ans de règne libéral et exprime également sa lassitude à l’égard de Christy Clark. « Un troisième mandat pour Christy Clark et le Parti libéral serait désastreux pour les Autochtones et les non autochtones de toute la province », déclare-t-il dans un communiqué lundi.

Une porte-parole de la Première Nation Musqueam, Cecilia Point, considère de son côté qu’il est urgent d’agir. « En tant qu’autochtone, je ne m’engage généralement pas dans la politique coloniale, mais c’est une urgence. Nos enfants sous la tutelle de l’État meurent à un rythme rapide. Je suis vraiment dérangée par les réponses banales et irrespectueuses que Christy Clark donne toujours au sujet de l’emploi et de l’économie », lance-t-elle.

Elle a l’air d’oublier que l’endroit que nous appelons la Colombie-Britannique a été volé, non cédé. Nous avons le droit de dire qui fait affaire ici.

Cecilia Point, porte-parole de la Première Nation Musqueam

Le grand chef Stewart Phillip de l’UBCIC estime que les relations se sont détériorées entre les Premières Nations et la province depuis l’arrivée au pouvoir de Christy Clark. « Il y a eu un changement dramatique par rapport aux efforts entrepris par l’ancien premier ministre pour la réconciliation. La première ministre Christy Clark a renoncé à plusieurs engagements avec les autochtones. Elle est devenue complètement redevable envers les grosses industries et les pétrolières et s’est concentrée à établir ses priorités au détriment des autochtones et des Britanno-Colombiens », soutient le chef autochtone.

La réconciliation avec les autochtones en Colombie-Britannique déterminera la prospérité de cette province dans l’avenir.

Grand chef Stewart Phillip de l'UBCIC

L’UBCIC ne recommande pas explicitement de voter pour un parti en particulier, mais avance que le Nouveau Parti démocratique (NPD) montre une meilleure compréhension des enjeux autochtones.

« Nous avons envoyé le même questionnaire à tous les partis. Avec déception, mais sans surprise, les réponses du Parti libéral appelaient au statu quo. Celles des verts ont montré leur manque de compréhension des intérêts, des droits et des enjeux autochtones, explique le grand chef Stewart Phillip. Les réponses du NPD à notre questionnaire étaient les plus complètes et montraient clairement des connaissances et la compréhension de la complexité des enjeux en matière de lois constitutionnelles et de la multitude de décisions de la Cour suprême ».

Les électeurs britanno-colombiens se rendent aux urnes le 9 mai.

Avec des informations de Francis Plourde