NOUVELLES
01/05/2017 05:39 EDT | Actualisé 01/05/2017 05:42 EDT

Des travailleurs d'un peu partout dans le monde soulignent le Premier mai

ISTAMBOUL — Des travailleurs et des militants ont souligné la Journée internationale des travailleurs un peu partout à travers le monde, lundi, avec des manifestations et des marches pour demander de meilleurs salaires et conditions de travail.

La police a arrêté 70 personnes qui tentaient de manifester à Istanbul, des travailleurs de l'industrie du vêtement ont défié une interdiction gouvernementale afin de demander de meilleurs salaires au Cambodge, tandis que des travailleurs espagnols déploraient le taux de chômage s'élevant à 19 pour cent dans leur pays.

Voici quelques événements liés à cette journée annuelle à travers le monde:

TURQUIE

La police d'Istanbul a détenu plus de 70 personnes qui tentaient de se rendre à la place Taksim, défiant ainsi un ordre interdisant tout événement du Premier mai à cet endroit. La place a été déclarée interdite aux manifestations pour une troisième année et la police a bloqué les accès, ne permettant qu'à de petits groupes de représentants syndicaux de s'y rendre pour y déposer des couronnes de fleurs.

La place Taksim est un lieu symbolique pour les travailleurs turcs. En 1977, des coups de feu y avaient été tirés dans une foule participant aux activités du Premier mai, tuant 34 personnes.

Les principaux groupes syndicaux du pays ont accepté de tenir leurs manifestations dans des lieux désignés par le gouvernement à Istanbul et Ankara, mais des petits groupes tentaient tout de même de se rendre à la place Taksim.

___

ESPAGNE

Les deux principaux syndicats espagnols ont appelé les travailleurs à manifester dans plus de 70 villes avec le slogan «Plus d'excuses». Les syndicats ont demandé lundi au gouvernement conservateur espagnol de revenir sur leur réforme du code du travail, d'augmenter les salaires et d'améliorer les régimes de retraite.

Le secrétaire général des Commissions ouvrières, Ignacio Fernandez Toxo, a déclaré que «l'Espagne est en croissance depuis deux ans et il est maintenant temps que l'économie s'aligne sur les besoins de la population».

Il a pris la parole lors d'une marche ayant réuni des milliers de personnes à Madrid, aux côtés du dirigeant de l'Union générale des travailleurs, Josep Maria Alvarez. Des milliers d'autres ont marché à Barcelone, et d'autres rassemblements ont eu cours à Séville, à Valence et dans d'autres villes.

___

POLOGNE

Les syndicats et militants de gauche ont lancé un appel à l'unité afin de s'opposer au gouvernement conservateur polonais, lors d'un défilé soulignant le Premier mai à Varsovie.

La manifestation de lundi était organisée par l'Entente nationale polonaise des syndicats et par l'Alliance de la gauche démocratique, qui a perdu tous ses sièges au parlement lors de l'élection de 2015 qui a permis au parti conservateur populiste Droit et justice de prendre le pouvoir.

Sebastian Wierzbicki, de l'Alliance de la gauche démocratique, a indiqué que la gauche devait protéger les droits des travailleurs en plus des droits civils et de la dignité humaine.

___

CAMBODGE

La police antiémeute a gardé l'oeil sur le millier de travailleurs de l'industrie du vêtement qui ont défié une interdiction gouvernementale de manifester, afin de déposer une pétition à l'assemblée nationale de Phnom Penh, demandant une hausse du salaire minimum et davantage de liberté de réunion.

Les marcheurs, portant différentes affiches, ont rempli une rue tout près du parlement et ont avancé bruyamment avant d'être arrêtés par une barricade et la police antiémeute. Une confrontation de plusieurs heures a été résolue lorsqu'un représentant de l'assemblée nationale est sorti pour accepter la pétition.

Parmi les demandes des manifestants, on retrouve la hausse du salaire minimum de 153 $ US à 208 $ US par mois.

___

GRÈCE

Plusieurs milliers de travailleurs ont manifesté près du parlement grec, alors que les syndicats se préparent à être soumis à davantage de mesures d'austérité imposées à la Grèce par ses créanciers.

Des grandes manifestations organisées par des syndicats étaient prévues à Athènes pour le Premier mai, et les employés de plusieurs services publics ont fait la grève.

Alors que les manifestations se mettaient en branle, des représentants du gouvernement se préparaient à poursuivre les discussions, dans un hôtel du centre-ville d'Athènes, avec des représentants de créanciers. Les deux parties s'approchent d'une entente visant à maintenir un contrôle draconien des dépenses après la fin du programme de sauvetage actuel.

Les négociations devaient se terminer dimanche. Parmi les mesures à venir, il est question de compressions additionnelles du côté du régime de retraite en plus de hausses d'impôts pour les Grecs, déjà frappés par sept années de coupures importantes.

Le plus grand syndicat de la Grèce a déjà appelé à une grève générale, le 17 mai, afin de protester contre les plus récentes mesures d'austérité.

___

PHILIPPINES

Quelques milliers de militants de gauche et de travailleurs ont marché et tenu des manifestations bruyantes pour exiger une hausse des salaires et la fin des emplois contractuels temporaires qui privent les travailleurs de plusieurs avantages sociaux. Sous une chaleur accablante, les foules ont aussi protesté à Manille contre de présumés assassinats extrajudiciaires qui auraient eu lieu dans le cadre de la lutte contre la drogue du président Rodrigo Duterte.

Les militants portaient des affiches de M. Duterte et du président Donald Trump, demandant au leader philippin de rester loin de son homologue américain, qui l'a invité pour une visite aux États-Unis.

Le militant Venzer Crisostomo craint qu'une politique «America First» ne désavantage les pays plus pauvres comme les Philippines.

___

TAÏWAN

À Taipei, des milliers de travailleurs ont porté des affiches et des bannières lors d'une manifestation protestant ce qu'ils qualifient de salaires injustement faibles et la détérioration des conditions de travail. Certains d'entre eux ont mis en scène une fausse marche funèbre, transportant un cercueil portant les mots «pension annuelle de base», alors que d'autres portaient des drapeaux noirs.

Huang Yu-kai, président d'un syndicat représentant les travailleurs ferroviaires, estime que les faibles salaires sont «la source de tous les problèmes», à Taïwan.

Sur sa page Facebook, la présidente Tsai Ing-wen a déclaré que des améliorations étaient faites, mais qu'il fallait du temps pour apporter des modifications majeures.

___

BANGLADESH

Des milliers de travailleurs de l'industrie du vêtement se sont rassemblés pour demander de meilleurs salaires et une protection juridique.

Quelque quatre millions de personnes travaillent dans cette industrie au pays, la deuxième plus grande au monde. Avec environ 4000 usines, l'industrie gagne 25 milliards $ US par année grâce à ses exportations, principalement aux États-Unis et en Europe. Les conditions de travail sont cependant souvent difficiles.

La présidente d'un syndicat de l'industrie, Lovely Yesmin, affirme qu'une hausse des salaires ne suffit pas et que les travailleurs doivent aussi recevoir de meilleurs logements et des avantages sociaux. Elle estime aussi que les usines devraient prendre des mesures afin de s'assurer que les enfants des travailleurs puissent être éduqués.