DIVERTISSEMENT
28/04/2017 06:57 EDT | Actualisé 28/04/2017 06:57 EDT

Radio-Canada: Yanick Villedieu quitte «Les années lumière»

Radio-Canada

Le magazine scientifique de Radio-Canada Première Les années lumière s’apprête à perdre son pilier. Yanick Villedieu, qui en tient la barre depuis 35 ans, a annoncé vendredi son intention de quitter l’émission à la fin de la présente saison.

Il animera sa dernière édition le dimanche 2 juillet, à midi. Les années lumière gardera quand même l’antenne.  Radio-Canada Première annoncera l’identité de la personne qui lui succédera, à compter de l’automne prochain, quelque part avant le début de l’année 2017-2018.

«Cette décision n’a pas été facile, croyez-moi, a insisté Yanick Villedieu. Quitter Radio-Canada, après toutes ces belles années en journalisme scientifique, c’est quitter des collègues de travail et des amis. C’est quitter un milieu toujours stimulant. C’est quitter l’une des grandes maisons d’information et de culture, y compris de culture scientifique.»

Yanick Villedieu se spécialise dans l’actualité scientifique depuis le milieu des années 70. Il a collaboré au magazine Québec-Science et à la tribune télévisée Science-Réalité, ancêtre de Découverte, à la télévision de Radio-Canada. En 1982, il se voyait confier les commandes du magazine radio Aujourd’hui la science, devenu Les années lumière en 1994.

Entre autres accomplissements, l’homme a été à l’origine de la distinction du Scientifique de l’année de Radio-Canada (reconnaissance attribuée depuis 1987), il a couvert des forums internationaux tels la conférence Paris-Climat en 2015 et il a publié cinq ouvrages entre 1976 et 2008.

Yanick Villedieu a en outre été reçu chevalier de l’Ordre national du Québec en 2008, et a été décoré du Grand prix de journalisme des radios francophones publiques, pour son reportage La machette et le virus, du Prix Média de l’Association médicale canadienne en 2014 pour un dossier dans la publication L’Actualité (à laquelle il contribue depuis 1983), d’un doctorat honorifique de l’Université d’Ottawa en 2005 et du prix Raymond-Charrette pour la qualité du français en ondes en 2014. 


VOIR AUSSI: