NOUVELLES
28/04/2017 17:09 EDT | Actualisé 28/04/2017 17:51 EDT

La Corée du Nord échoue un tir de missile balistique près de sa capitale

SÉOUL, Corée, République de — La Corée du Nord a procédé, samedi, à un tir de missile balistique qui a échoué peu de temps après avoir été lancé, ont affirmé les États-Unis et la Corée du Sud.

Il s'agit d'un second essai raté en quelques semaines, mais aussi d'une bravade envers les États-Unis qui conduisent des exercices militaires dans les eaux de la région.

Les autorités sud-coréennes ont indiqué que leur voisin du nord avait lancé un missile non-identifié depuis Pukchang, près de la capitale Pyongyang.

Un représentant américain a précisé qu'il s'agissait probablement d'un missile balistique de type KN-17 et que ses morceaux étaient tombés dans la mer du Japon.

La Corée du Nord procède régulièrement à des essais balistiques pour développer ses armes, en dépit des interdictions des Nations unies.

Le tir de samedi survient à un moment où les tensions sont particulièrement élevées dans la péninsule coréenne.

Le président Donald Trump avait d'abord adopté la ligne dure face à Pyongyang, déployant un sous-marin nucléaire et un porte-avions dans la région. Or, ses diplomates ont depuis adouci le ton.

Dans un message publié sur son compte Twitter, vendredi soir, Donald Trump a écrit que «la Corée du Nord a manqué de respect envers les souhaits de la Chine et de son très respecté président en lançant, sans succès, un missile».

Plus tôt dans la journée, le secrétaire d'État américain Rex Tillerson présidait une rencontre ministérielle au Conseil de sécurité de l'ONU.

Il y a demandé le renforcement des sanctions économiques contre Pyongyang, s'écartant d'une action militaire et allant jusqu'à offrir de l'aide au pays s'il abandonnait son programme d'armes nucléaires.

M. Tillerson a déclaré que toutes les options «doivent demeurer sur la table», précisant le besoin d'exercer des pressions à la fois économiques et diplomatiques sur la Corée du Nord.

Le secrétaire d'État a ajouté que «ne pas agir maintenant face au plus important enjeu de sécurité au monde pourrait avoir des conséquences catastrophiques».

Le ministre chinois des Affaires étrangères a déclaré que la Chine désire une péninsule coréenne dénucléarisée et acceptera les résolutions de l'ONU, sans pour autant affirmer que son gouvernement imposera des sanctions supplémentaires.