NOUVELLES
28/04/2017 09:04 EDT | Actualisé 28/04/2017 09:20 EDT

France/présidentielle: journal de campagne à neuf jours du second tour

A neuf jours du second tour de la présidentielle le 7 mai, Marine Le Pen a lancé un appel aux électeurs de la gauche radicale, rejeté par son chef ; le président par intérim de l'extrême droite a été éjecté et la Deuxième Guerre mondiale s'est invitée dans la campagne.

- Appel de Le Pen à la gauche radicale

La candidate d'extrême droite Marine Le Pen a appelé les électeurs de "La France insoumise" du tribun de la gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon, à "faire barrage" à son rival centriste Emmanuel Macron, car "son projet est aux antipodes de celui qu'ils ont soutenu" au premier tour.

"C'est l'essentiel qui est aujourd'hui en jeu", alors que "toute l'oligarchie" veut "vous mettre au garde-à-vous derrière le banquier Macron", a lancé la cheffe du parti Front national (FN).

Une démarche aussitôt condamnée par le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière, dénonçant de "petites manoeuvres électorales, (..) pas très dignes".

- Pas de consigne de vote

"Tout le monde sait" que "je ne voterai pas FN", a déclaré quelques heures plus tard Jean-Luc Mélenchon, qui s'est de nouveau refusé à toute consigne de vote.

"Ce que je vais voter, je ne vais pas vous le dire, il n'y a pas besoin d'être grand clerc pour deviner ce que je vais faire, mais je ne le dis pas pour que vous puissiez rester regroupés", a déclaré M. Mélenchon, qui s'exprimait pour la première fois depuis le premier tour de la présidentielle où il a terminé en quatrième position avec 19,6 des voix.

- La Seconde Guerre mondiale s'immisce dans la campagne

Emmanuel Macron a fait étape dans le village martyr d'Oradour-sur-Glane, petite localité du centre de la France où une unité de la Waffen SS massacra 642 habitants le 10 juin 1944.

Il a souligné que "décider de ne pas se souvenir c'est prendre le risque de répéter l'Histoire".

Le président par intérim du FN, Jean-François Jalkh, accusé de propos négationnistes qu'il a nié avoir prononcés, a dû quitter ses fonctions, remplacé par le jeune député européen Steeve Briois.

L'association "Les Fils et Filles des Déportés Juifs de France" ont de leur côté publié dans le quotidien de gauche Libération une photo d'un ciel obstrué de barbelés évoquant les camps de concentration nazis, barrée du slogan: "Le FN en 2017? Non jamais. Contre le Pen - votez Macron".

- Zidane appelle à "éviter" le Front national

Le champion du monde français de football Zinédine Zidane a appelé à "éviter au maximum" le FN au second tour. "Je suis loin de toutes ces idées-là, de ce Front national. Donc (il faut) éviter au maximum ça. Les extrêmes, ce n'est jamais bon", a-t-il dit lors d'une conférence de presse du Real Madrid.

bur-blb/lpt