NOUVELLES
26/04/2017 22:36 EDT | Actualisé 26/04/2017 23:00 EDT

Nouvelles arrestations dans le camp démocrate à Hong Kong

Neuf militants du camp démocrate ont été inculpés jeudi à Hong Kong pour leur participation à une manifestation contre Pékin, dernières en date d'une série d'arrestations qui incitent les défenseurs des droits à crier à la persécution politique.

De plus en plus d'habitants de l'ex-colonie britannique repassée sous tutelle chinoise ont l'impression que Pékin y accroît sa mainmise.

Une nouvelle génération de militants réclame davantage d'autonomie pour le territoire, voire que Hong Kong divorce totalement de la Chine, au grand dam de Pékin.

Les élus indépendantistes Yau Wai-ching et Baggio Leung ont été arrêtés et inculpés mercredi pour avoir provoqué des troubles au Conseil législatif (LegCo, Parlement) où ils avaient été interdits de siéger suite à une intervention de Pékin.

Neuf militants démocrates, dont des étudiants, des professeurs et des députés, ont été inculpés le mois dernier pour leur rôle dans le mouvement dit des parapluies de 2014 qui avait échoué à obtenir de Pékin la moindre réforme politique.

Cette vague d'interpellations survient quelques semaines avant la visite attendue à Hong Kong du président chinois Xi Jinping pour marquer le 20ème anniversaire de la rétrocession, le 1er juillet 1997.

"Je pense que la police a décidé d'arrêter tous les militants pour qu'ils n'osent pas protester lors de la visite de Xi Jinping", a déclaré à l'AFP, Joshua Wong, visage du mouvement de 2014.

Les neuf militants arrêtés jeudi se voient reprocher leur participation en novembre à une manifestation de protestation contre la décision chinoise d'intervenir dans l'affaire des deux élus indépendantistes, ce qui avait débouché sur leur disqualification effective.

Des échauffourées avaient éclaté lors de ce rassemblement devant le bureau de liaison chinois à Hong Kong, les manifestants tentant de franchir des barricades et la police faisant usage de gaz poivre pour les repousser.

Les neuf militants, dont deux membres du nouveau parti Demosisto fondé par Joshua Wong et Nathan Law, devenu député depuis, sont sortis du commissariat jeudi après-midi, annonçant qu'ils avaient été inculpés et libérés sous caution.

Ils sont poursuivis notamment pour réunion illégale, outrage à policier et agression contre un policier.

La police n'a pas confirmé dans l'immédiat les arrestations et les inculpations.

Amnesty International a dénoncé ces interpellations. "L'usage répété de vagues chefs de poursuite contre des figures de premier plan du mouvement prodémocratie de Hong Kong pue la campagne de représailles pour punir ceux qui militent en faveur de la démocratie à Hong Kong", a déclaré Mabel Au, directrice d'AI Hong Kong.

Human Rights Watch a prévenu le gouvernement que son comportement "autoritaire" pourrait se retourner contre lui et provoquer des manifestations. "Il est ironique de constater qu'à l'approche du 20ème anniversaire de la rétrocession, l'autonomie de Hong Kong semble de plus en plus fragile", a déclaré Maya Wang.

ey-lm/ev/jac/lch