NOUVELLES
27/04/2017 10:17 EDT | Actualisé 27/04/2017 10:40 EDT

Le Parlement européen dénonce la "répression brutale" au Venezuela

Le Parlement européen a dénoncé jeudi la "répression brutale" au Venezuela, secoué par une vague de manifestations de l'opposition au cours desquelles une trentaine de personnes ont été tuées depuis près d'un mois.

Dans une résolution adoptée à une très large majorité, les eurodéputés réunis à Bruxelles "condamnent vigoureusement la répression brutale exercée par les forces de sécurité vénézuéliennes, ainsi que par des groupes armés irréguliers, contre les manifestations pacifiques".

Les eurodéputés ont également appelé le gouvernement de Caracas à lancer une enquête sur les circonstances dans lesquelles la trentaine de personnes ont été tuées et de juger les responsables, mais également de garantir le droit de manifester.

La résolution, approuvée par 450 votes (35 contre et 100 abstentions), a été soutenue par les principaux groupes politiques au Parlement européen.

Dans un communiqué, la Haute représentante de l'UE pour les Affaires étrangères, Federica Mogherini, a estimé qu'une telle violence est un "obstacle à des solutions pacifiques à la crise". Elle a exhorté les autorités à "garantir les libertés et droits fondamentaux à manifester pacifiquement".

"Il est crucial que toutes les parties oeuvrent sérieusement et de bonne foi à une désescalade des tensions", a plaidé Mme Mogherini.

Le Venezuela est secoué depuis début avril par une vague de manifestations hostiles au président socialiste Nicolas Maduro. L'opposition veut obtenir son départ avant la fin de son mandat en décembre 2018, et exige des élections générales anticipées, faute d'avoir pu organiser un référendum révocatoire comme elle le souhaitait.

Presque toutes les marches ont dégénéré en heurts, pillages, échanges de gaz lacrymogènes et cocktails Molotov entre manifestants et forces de l'ordre. A cela s'est ajoutée la violence exercée par les "colectivos", des groupes de civils armés par le gouvernement, assure l'opposition.

tcj-agr/pg