NOUVELLES
27/04/2017 00:49 EDT | Actualisé 27/04/2017 01:00 EDT

La frappe présumée près de Damas est "cohérente" avec la politique d'Israël (ministre)

Le ministre israélien du Renseignement a déclaré que la frappe présumée ayant provoqué tôt jeudi matin une puissante explosion et des incendies près de l'aéroport international de Damas, est "cohérente" avec la politique israélienne, sans confirmer une responsabilité de son pays.

Des témoins et l'Observatoire syrien des droits de l'Homme avaient auparavant fait état d'une "énorme" explosion ayant eu lieu à l'aube à proximité de l'aéroport de Damas sans précisions sur ses causes.

D'après la chaîne Al-Manar du Hezbollah libanais, qui combat aux côtés du régime dans la guerre en Syrie, l'explosion "s'est produite dans des dépôts de fuel et un entrepôt près de l'aéroport international de Damas."

"Elle est due vraisemblablement à une frappe aérienne israélienne (...) qui selon les informations préliminaires a provoqué uniquement des dégâts matériels", a indiqué la chaîne du Hezbollah.

L'armée israélienne, comme c'est presque toujours le cas pour ce genre d'incident, s'est refusé à tout commentaire.

L'aéroport international de Damas est situé à environ 25 km au sud-est de la capitale syrienne, un bastion du régime.

Depuis le début en 2011 du conflit syrien, Israël a effectué plusieurs frappes en Syrie notamment contre des convois d'armes destinées au Hezbollah, son ennemi de longue.

"Nous agissons pour empêcher le transfert d'armes sophistiquées par l'Iran au Hezbollah au Liban via la Syrie", a déclaré à la radio de l'armée le ministre israélien, Israël Katz.

"Si nous recevons des informations sérieuses à propos d'un projet de transfert d'armes au Hezbollah, nous agissons. Cet incident est tout à fait cohérent avec cette politique", a-t-il ajouté.

Israël et la Syrie ont connu à la mi-mars leur plus sérieux incident depuis six ans.

Un raid israélien près de Palmyre (centre de la Syrie) sur des cibles présentées par Israël comme liées au Hezbollah a provoqué une riposte de l'armée de l'air syrienne et un tir de missile intercepté en direction du territoire israélien.

Les deux pays restent officiellement en état de guerre depuis des dizaines d'années.

Israël et le Liban, voisin de la Syrie, sont également toujours techniquement en guerre.

Une guerre destructrice avait opposé 2006 l'Etat hébreu au Hezbollah, la plus puissante formation armée au Liban. Le conflit avait entraîné la mort de 1.200 personnes au Liban, pour la plupart des civils, et 160 Israéliens en grande majorité des soldats.

dms/feb