NOUVELLES
27/04/2017 04:40 EDT | Actualisé 27/04/2017 17:04 EDT

La France refuse d'extrader l'ancien premier ministre kosovar vers la Serbie

PARIS — Un tribunal français a refusé jeudi d'extrader l'ancien premier ministre du Kosovo vers la Serbie, où il est recherché pour crimes de guerre.

Le tribunal de la ville de Colmar, dans le nord-est de la France, a relâché Ramush Haradinaj immédiatement après avoir rendu sa décision.

Un appel est possible au cours des cinq prochains jours. L'avocate de M. Haradinaj, Rachel Lindon, a expliqué que le tribunal a refusé d'extrader son client vers la Serbie puisqu'il n'y aurait pas eu droit à un procès juste et équitable.

Le gouvernement serbe a décidé jeudi de rappeler son ambassadeur en France et de loger un protêt auprès de Paris, a dit le premier ministre serbe Aleksandar Vucic, au terme d'une rencontre d'urgence de son gouvernement.

Il a dénoncé une décision «honteuse, scandaleuse, illégale, absolument injuste et plus que tout politique».

La Serbie avait précédemment menacé d'abolir le traité d'extradition qui la lie à la France si M. Haradinaj ne lui était pas remis.

M. Haradinaj, qui a combattu pour l'indépendance du Kosovo lors du conflit de 1998-1999, avait été acquitté d'accusations de crimes de guerre par un tribunal des Nations unies. Il avait été arrêté par la police française en janvier en vertu d'un mandat serbe qui formulait de nouvelles accusations.

M. Haradinaj aurait l'intention de rentrer au Kosovo au cours des prochaines heures.

Le Kosovo a déclaré son indépendance de la Serbie en 2008, mais Belgrade ne reconnaît pas cette décision.