NOUVELLES
27/04/2017 08:32 EDT | Actualisé 27/04/2017 09:00 EDT

L'UE "avance" pour créer une "Europe de la Défense"(Mogherini)

La cheffe de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini, a estimé jeudi que ses 28 membres pourraient lancer d'ici la fin de l'année une série de chantiers pour renforcer l'Europe de la Défense, malgré le départ programmé du Royaume-Uni.

"Nous avons avancé ces (neuf) derniers mois de façon unie sur l'Europe de la défense (...) en prenant plus de décisions qu'il n'y en a eu dans les décennies précédentes", a déclaré Mme Mogherini après une réunion des ministres de la Défense de l'UE à Malte.

L'UE avait adopté en novembre une feuille de route pour renforcer sa défense, un domaine considéré comme prioritaire depuis l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis, qui demande aux Européens d'augmenter leurs budgets en la matière.

Ce n'est pas un hasard si "cette année est aussi celle où les négociations du Brexit sont lancées", a souligné Mme Mogherini, ce qui donne aux pays européens des raisons de resserrer les rangs.

Concrètement, l'UE devrait adopter le 18 mai à Bruxelles une série de décisions visant à rendre plus opérationnelles, et plus facilement déployables, les "battle groups", une force de réaction rapide de l'UE créée il y a plus de dix ans mais auxquels les Européens n'ont encore jamais recouru.

Mme Mogherini a expliqué que l'ONU, représenté à Malte par son responsable des opérations de maintien de la paix Jean-Pierre Lacroix, avait exhorté l'UE à reprendre en main ce chantier.

Les 28 devraient aussi avancer sur un mécanisme de "coopération permanente structurée" au sein de l'UE, permettant de mettre en commun, pour les pays volontaires, des moyens et des troupes en vue de monter des missions militaires.

"Cela doit être inclusif, ambitieux et opérationnel", a expliqué Mme Mogherini, assurant qu'"une décision pour lancer" ce type de coopération inédite "pourrait être prise même cette année".

"Nous devons faire face à un monde dans la tourmente et nous ne pouvons demander aux Américains de le faire à notre place. Il est grand temps pour l'Europe de se positionner comme un partenaire convaincant et fiable en matière de sécurité", a souligné la ministre néerlandaise de la Défense, Jeannine Plasschaert.

Invité par les 28 à Malte, le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a "salué" ces projets, qui devraient recevoir le feu vert politique des dirigeants de l'UE lors d'un sommet en juin.

"Leur objectif n'est pas d'établir une nouvelle armée européenne ou de développer des structures de commandement qui entreraient en compétition avec celles de l'Otan. Ceci sera complémentaire de ce que l'Otan fait", a tenu à souligner M. Stoltenberg.

La Commission souhaite aussi créer un fonds pour stimuler la recherche et l'industrie européenne de la défense.

axr/lb