POLITIQUE
26/04/2017 01:40 EDT | Actualisé 27/04/2017 06:07 EDT

Parti conservateur du Canada: Kevin O'Leary se retire de la course et appuie Maxime Bernier (VIDÉO)

OTTAWA – Le candidat à la direction du Parti conservateur du Canada, Kevin O’Leary, jette l’éponge et appuie son ancien rival Maxime Bernier en raison de son manque de soutien au Québec.

Dans un communiqué de presse diffusé mercredi après-midi, l’homme d’affaires a dit qu’il allait concentrer son temps et ses efforts afin que le député de Beauce devienne le chef du Parti conservateur du Canada et ensuite le premier ministre lors des prochaines élections.

« Voici donc ce que je vais faire : je me retire de la course à la direction et je donne mon plein soutien à Max. Je vais tout mettre en œuvre pour assurer qu’il est élu, et je vais demander à mes partisans de faire de même. Ensemble, nous allons chasser Justin Trudeau du pouvoir en 2019. »

Il estime que ses faibles intentions de vote au Québec constituaient un « gros problème » pour sa campagne. « C’est bien entendu très décevant pour moi. Comme je suis né à Montréal, j’espérais faire beaucoup mieux », a-t-il affirmé.

« Il y a 78 sièges au Québec, et le Parti conservateur n’en détient actuellement que 12. En d’autres termes, les libéraux détiennent le Québec politiquement. Si nous n’agrandissons pas la base conservatrice au Québec, il sera extrêmement difficile de battre Trudeau en 2019 », a-t-il ajouté.

O’Leary a confié au Globe and Mail qu’il a fait part de sa décision de quitter la course à Bernier vers 1h du matin, mercredi. Il a aussi demandé conseil à ses proches sur la voie à suivre.

De la poudre (de lait) aux yeux?

L'ancien candidat a maintenu en entrevue avec le quotidien que ses politiques et celles de Maxime Bernier sont très semblables, mis à part son soutien au système de la gestion de l’offre. Mais O’Leary dit qu’il appuyait ce système pour des raisons spécifiques.

« J’ai pris la gestion de l’offre pour essayer de récolter plus de votes au Québec. C’est tout… ça n’a pas fonctionné. »

Maintenant hors de la course à la direction, O’Leary compte tout de même s’impliquer au sein du parti. Il pourrait même se présenter aux élections de 2019 dans la circonscription torontoise de l’actuelle ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland. Entretemps, il mise tous ses efforts pour élire Maxime Bernier.

« Il est peut-être le premier conservateur depuis très longtemps qui a une chance d’y remporter plus de 40 sièges, ce qui améliorerait beaucoup nos chances d’avoir un mandat majoritaire. »

Les 13 candidats à la direction s'affrontent pour un dernier débat, mercredi soir, à Toronto.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Parti conservateur: qui sont les candidats? Voyez les images