DIVERTISSEMENT
25/04/2017 06:51 EDT | Actualisé 26/04/2017 02:15 EDT

René Simard, Marc Messier et Julie LeBreton au Théâtre du Rideau Vert

Julien Faugère

René Simard à la mise en scène de 2017 revue et corrigée, Serge Denoncourt qui s’attaque à La mort d’un commis voyageur avec Marc Messier et une nouvelle présence de Julie LeBreton sur les planches, un an après son triomphe dans Vol au dessus d’un nid de coucou : voilà trois faits saillants de la prochaine saison du Théâtre du Rideau Vert, qui était dévoilée mardi matin.

Joli hasard : alors que Michel Dumont, qui a brillé à deux reprises dans sa carrière dans La mort d’un commis voyageur, au Théâtre Jean Duceppe, quittera sous peu cette dernière institution, qu’il  a dirigée pendant 27 ans, l’omniprésent Serge Denoncourt s’empare du classique d’Arthur Miller pour le matérialiser au Rideau Vert, du 3 octobre au 4 novembre. Une costaude distribution, composée de Mikhaïl Ahooja, Marilyse Bourke, Éric Bruneau, Manuel Tadros, Louise Turcot, Jean-Moïse Martin et Charles-Alexandre Dubé, entre autres, y donnera la réplique à Marc Messier.

La tradition de la rétrospective humoristique de l’année Revue et corrigée se poursuivra à compter du 28 novembre. Pas de sang neuf chez le groupe d’acteurs, formé des vieux routiers Martin Héroux, Julie Ringuette et Marc St-Martin. Deux autres habitués, Suzanne Champagne et Benoit Paquette, reviennent aussi après respectivement un an et deux ans d’absence, alors qu’Amélie Grenier et François Maranda passent le flambeau. La nouveauté se situe plutôt à la mise en scène, avec René Simard qui mènera les troupes, en remplacement d’Alain Zouvi, qui les chapeautait depuis 2013. L’amoureux des variétés et ex-tête daffiche de Bye Bye qu’est René Simard saura sans doute propulser Revue et corrigée d’un nouvel élan.

Galerie photo Théâtre du Rideau Vert - Saison 2017-2018 Voyez les images

Fin janvier 2018, jusqu’au 3 mars, L’homme éléphant, de Bernard Pomerance, que Germain Houde, Jean-Louis Roux et Andrée Lachapelle avaient jadis joué au Théâtre du Nouveau Monde, prendra corps sous les ordres de Jean Leclerc. L’histoire de l’homme à moitié bête appelé à se réinventer sera portée par Benoît McGinnis, Annick Bergeron, David Boutin, Sylvie Drapeau, Roger LaRue, Hubert Proulx et, ô surprise, Germain Houde à nouveau, 37 ans après qu’il eut débité le texte sous la férule de Guillermo de Andrea, en 1981.

Le film de 1991 Impromptu, de Sarah Kernochan, qui relate les conséquences d’un duel entre George Sand et Frédéric Chopin, sera adapté sur scène par Marie-Josée Bastien et le metteur en scène Stéphan Allard. Myriam LeBlanc, Maxim Gaudette, Émilie Bibeau, Luc Bourgeois, Pierre-François Legendre, David Savard, Sonia Vachon et Mathieu Lorain-Dignard en seront les vedettes, du 20 mars au 21 avril.

Enfin, l’année se terminera avec la pièce Trahison, de Harold Pinter, un récit d’aveu d’infidélité, de triangle amoureux, revu à la sauce de Frédéric Blanchette, qu’incarneront Julie LeBreton, François Létourneau et Steve Laplante. Maryse Warda signe la traduction. À voir du 8 mai au 9 juin.

D’ici là, Julie LeBreton reprendra également son rôle dans Vol au dessus d’un nid de coucou, qui sera présenté en supplémentaires au Rideau Vert du 16 au 26 août prochain, après 30 représentations à guichet fermé dans les dernières semaines.

Cet été, plus précisément du 4 au 22 juillet, dans la foulée du 375e anniversaire de Montréal, l’institution de la rue Saint-Denis proposera en outre Molière, Shakespeare et moi, une comédie déjantée d’Emmanuel Reichenbach, où Anne-Élisabeth Bossé et Simon Beaulé-Bulman croiseront le fer, sous la direction de Charles Dauphinais.

Parc Palomino-Brind’Amour

Denise Filiatrault, directrice du Théâtre du Rideau Vert, a profité de son lancement de programmation 2017-2018, mardi, pour annoncer que le parc à l’angle des rues Drolet et Villeneuve Est, tout près de l’établissement, sur le Plateau Mont-Royal, sera renommé Parc Palomino-Brind’Amour, en l’honneur des fondatrices du Théâtre du Rideau Vert, Mercedes Palomino et Yvette Brind’Amour. La Ville de Montréal, par le biais de l’opération Toponym’Elles, cherche en ce moment à mettre en valeur la contribution des femmes dans notre histoire et à augmenter le nombre de femmes commémorées dans la toponymie montréalaise. 375 noms féminins célèbres seront ainsi honorés.

Par ailleurs, le Théâtre du Rideau Vert se dote d’un nouvel «énoncé» (ou slogan), Le théâtre en plein cœur, qui réfère non seulement à l’impact de cet art sur le public, mais aussi à l’emplacement du lieu, qui loge au cœur du Plateau Mont Royal depuis plus de 60 ans.

Plus d’informations sur l’offre du Théâtre du Rideau Vert sont disponibles sur son site officiel

VOIR AUSSI: