NOUVELLES
25/04/2017 02:13 EDT | Actualisé 25/04/2017 02:13 EDT

Thaïlande: un homme tue un bébé et se suicide en direct sur Facebook

JUSTIN TALLIS via Getty Images
Facebook logos are pictured on the screens of a smartphone (R), and a laptop computer, in central London on November 21, 2016.Facebook on Monday became the latest US tech giant to announce new investment in Britain with hundreds of extra jobs but hinted its success depended on skilled migration after Britain leaves the European Union. The premier social network underlined London's status as a global technology hub at a British company bosses' summit where Prime Minister Theresa May sought to allay business concerns about Brexit. / AFP / Justin TALLIS (Photo credit should read JUSTIN TALLIS/AFP/Getty Images)

Un Thaïlandais a tué un bébé de 11 mois avant de se suicider en direct sur Facebook Live, a indiqué mardi la police, quelques jours après la diffusion sur le réseau social d'un meurtre aux Etats-Unis.

Ce sont des amis de l'homme qui ont averti la police de Phuket dans le sud du pays.

"Ils étaient déjà morts quand je suis arrivé" lundi après-midi, a déclaré à l'AFP le lieutenant Jullaus Suvannin, l'un des premiers sur les lieux du drame, ajoutant qu'un smartphone avait été retrouvé à proximité.

La police a expliqué que l'homme, Wuttisan Wongtalay, s'était disputé avec la mère de la petite fille, sans être en mesure de préciser s'il en était le père ou non.

Facebook a qualifié la vidéo "d'épouvantable". "Il n'y a pas de place pour des contenus de ce genre sur Facebook et elle a été retirée", a indiqué Facebook à l'AFP.

Ce meurtre survient quelques jours après celui de Cleveland aux Etats-Unis, où un homme de 37 ans avait tué un retraité, un homme pris au hasard dans la rue, et diffusé la vidéo sur Facebook. Après trois jours de traque, le tueur s'était suicidé.

Dans la foulée, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, avait assuré que son groupe ferait tout son possible pour empêcher la répétition de telles tragédies.

Ces meurtres ne sont pas les premiers diffusés en direct sur internet. Cela a déjà été le cas en février pour un double meurtre perpétré à Chicago.

Le gouverneur de Phuket a appelé les Thaïlandais à ne pas partager le clip de quatre minutes du meurtre et du suicide, qui était toujours visible mardi après-midi sur le compte d'internautes thaïlandais.

LIRE AUSSI:

» Meurtre sur Facebook: Zuckerberg promet de faire mieux

» Meurtre diffusé sur Facebook à Cleveland: le suspect s'est suicidé