NOUVELLES
25/04/2017 11:57 EDT | Actualisé 25/04/2017 12:20 EDT

Les actionnaires de Wells Fargo en colère contre les dirigeants

Les actionnaires de Wells Fargo ont exprimé mardi leur colère en reconduisant de justesse le conseil d'administration de la banque, accusé de "complicité" et d'"incompétence" dans l'affaire des comptes fictifs ouverts sans l'autorisation des clients.

Au cours d'une assemblée générale chahutée et interrompue à plusieurs reprises en Floride (sud-est), les actionnaires de l'établissement californien ont voté à moins de 60% pour la réélection de cinq des quinze membres du conseil d'administration, dont le président.

Stephen Sanger, qui dirige cette instance stratégique, n'a recueilli que 56% des suffrages exprimés, un score relativement faible comparé à la tradition dans les milieux d'affaires américains.

"Les investisseurs de Wells Fargo ont envoyé un message clair de (leur) désenchantement", a reconnu M. Sanger à la fin de l'AG. "Je peux vous assurer que le conseil a compris le message".

Cette révolte des actionnaires fragilise le management car les entreprises américaines ont tendance à remplacer les membres du conseil d'administration qui ne sont pas largement soutenus par les investisseurs.

Ce fut le cas en 2013 chez JPMorgan Chase, dont deux membres du conseil d'administration avaient démissionné deux mois après avoir été reconduits chacun avec moins de 60% des suffrages exprimés lors de l'AG.

Cette année-là, la première banque américaine en termes d'actifs colmatait les pertes dues à des positions énormes et risquées ayant mal tourné et prises par un trader français du bureau de Londres sur les produits dérivés, une affaire connue sous le surnom de "Baleine de Londres".

Wells Fargo a pour sa part ouvert deux millions de comptes fictifs qui avaient permis à ses employés de toucher des primes liées à la vente de nouveaux produits aux clients.

Après la découverte de ces malversations, 5.300 employés avaient été licenciés et Wells Fargo a écopé d'une amende de 185 millions de dollars. John Stumpf, son PDG au moment de la découverte du scandale, a démissionné.

Les dirigeants de l'établissement ont ouvert l'AG mardi en présentant de nouveau leurs excuses: "Nous nous attaquons à ces problèmes et Wells Fargo en ressortira renforcée", a déclaré le PDG Tim Sloan, interrompu ensuite par des actionnaires furieux.

"Que chaque membre du conseil s'exprime et dise ce qu'il savait et quand il a su", a demandé un actionnaire, fustigeant ce qu'il qualifie de "complicité" et d'"incompétence".

Une religieuse, Soeur Nora Nash de la Congrégation des Soeurs de Saint François de Philadelphie, a dénoncé, elle, un "problème systémique au sein de la banque qui s'étend jusqu'aux crédits immobiliers".

"L'éthique et les valeurs morales ne sont que des mots et ne se traduisent pas dans les actions", a-t-elle dénoncé.

jmb-lo/jld/bdx

WELLS FARGO & COMPANY

J.P. MORGAN CHASE & CO