NOUVELLES
25/04/2017 00:55 EDT | Actualisé 25/04/2017 01:20 EDT

L'ex-grand patron du football croate à la barre pour détournements présumés

Longtemps considéré comme l'homme fort du football croate, Zdravko Mamic, l'ancien patron du Dinamo Zagreb, comparaîtra jeudi devant un tribunal pour de présumés transferts frauduleux, dont ceux de Luka Modric et Dejan Lovren, qui porteraient sur des millions d'euros.

Ce procès est considéré comme crucial pour le football de Croatie, qui n'a raté qu'un seul Championnat d'Europe depuis son indépendance en 1991 mais dont l'image est ternie par ses supporteurs, parmi les plus violents au monde.

Au procès qui s'ouvrira à Osijek (est), Zdravko Mamic, 57 ans, comparaitra aux côtés de son frère Zoran, ancien entraîneur du Dinamo, de Damir Vrbanovic, ex-directeur du club et actuel directeur exécutif de la Fédération croate de football (HNS), et un inspecteur des impôts.

Ils sont inculpés pour le détournement présumé de 15,6 millions d'euros de la caisse du club, via des contrats fictifs fabriqués lors des transferts, et une présumée évasion fiscale de 1,6 million d'euros. Selon l'acte d'inculpation, les frères Mamic seraient les principaux bénéficiaires de ces malversations s'élevant à plus de 12 millions d'euros.

Les accusations contre les quatre hommes, inculpés notamment pour abus de pouvoir et de corruption, portent sur la période entre 2008 et 2012.

- Enquête sur le transfert de Modric -

La vedette du Real Madrid Luka Modric, qui ne fait pas l'objet de poursuites, a été interrogé au moins deux fois par les enquêteurs et devrait être convoqué pour témoigner, selon la presse locale. Les enquêteurs s'étaient intéressés aux conditions de son transfert en 2008 du Dinamo Zagreb à Tottenham. L'ancien Lyonnais Dejan Lovren, aujourd'hui à Liverpool, devrait aussi témoigner.

"Le football croate pâtit lourdement de beaucoup de choses, à commencer par des infrastructures insuffisantes et vétustes, en passant par le hooliganisme et finalement de cette inculpation des frères Mamic et de Vrbanovic", explique à l'AFP l'ex-international Dario Simic, qui dirige aujourd'hui le syndicat des joueurs professionnels croates.

"Le pire est que la société dans son ensemble a perdu confiance en football", ajoute ce défenseur titulaire lors de la Coupe du monde 1998, terminée à la 3e place.

Avec leurs fumigènes et leurs slogans pro-nazis, les ultras croates nuisent régulièrement aux succès de la sélection au damier. A l'Euro-2016, en France, ils ont ainsi provoqué une interruption du match contre la République tchèque en lançant des fumigènes sur la pelouse.

Mais le phénomène a pris de l'ampleur depuis l'arrivée en 2012, aux manettes de la Fédération nationale, de Davor Suker, l'ancien buteur maison. Certains le considèrent comme trop proche de Mamic et entendent, par leur comportement, affaiblir la fédération en lui faisant payer des sanctions financières.

Le président de l'UEFA, Aleksander Ceferin, a prévenu en décembre la Croatie qu'elle s'exposait à de "lourdes sanctions" à cause des violences et des provocations néonazies de ses hooligans qui exhibent régulièrement des symboles rattachés au régime collaborationniste oustachi, qui a régné sur la Croatie durant la Seconde guerre mondiale.

- un procès pour "détruire le Dinamo" -

La direction de la Fédération est vivement critiquée, notamment pour la "non-transparence" dans la gestion.

"Un cercle étroit de dirigeants de la HNS dictent absolument tout dans le football croate, ce qui provoque beaucoup de tensions", explique Robert Matteoni, analyste du sport croate.

Zdravko Mamic dénonce un "procès politique" dont l'objectif est, selon lui, de "détruire le Dinamo et la famille Mamic", et a récemment déclaré qu'il attendait "impatiemment" le début pour prouver son "innocence".

Les médias affirment que le procès a été accordé à un tribunal d'Osijek pour empêcher Zdravko Mamic d'exercer son influence sur des juges dont certains, à Zagreb, lui seraient proches.

Avant sa démission en février 2016, deux mois avant d'être inculpé, Mamic avaient été membre du comité exécutif du Dinamo Zagreb, puis son vice-président exécutif et finalement son président exécutif.

Son frère Zoran, 45 ans, est un ancien milieu défensif, sélectionné six fois avec la Croatie. Il a effectué toute sa carrière professionnelle dans le club ainsi qu'en Allemagne. Il a quitté le Dinamo en juin 2016 pour poursuivre sa carrière d'entraîneur en Arabie saoudite.

ljv/rus/mca

Tottenham