NOUVELLES
25/04/2017 11:00 EDT | Actualisé 25/04/2017 11:20 EDT

Des marcheurs "pour le pain" atteignent un important port du Yémen

De jeunes Yéménites engagés dans une "marche pour le pain" sont arrivés mardi à Hodeida, important port sur la mer Rouge qu'ils veulent voir préservé des combats et déclaré zone humanitaire.

Ces quelque 25 Yéménites ont parcouru à pied les 225 kilomètres séparant la capitale Sanaa de Hodeida pour attirer l'attention sur la situation humanitaire désespérée au Yémen.

Ce pays pauvre de la péninsule arabique est ravagé depuis plus de deux ans par une guerre qui oppose les forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenues par une coalition militaire arabe, à des rebelles chiites Houthis alliés aux partisans de l'ancien président Ali Abdallah Saleh.

Les combats ont fait plus de 7.700 morts depuis mars 2015 et 19 millions de personnes, soit 60% de la population, vivent en situation d'insécurité alimentaire.

Les marcheurs ont demandé que le port de Hodeida, porte d'entrée vitale pour l'aide humanitaire internationale, soit épargné par les combats.

Hodeida, quatrième ville du Yémen, est actuellement contrôlé par les rebelles Houthis tout comme la capitale Sanaa.

La semaine dernière, les Nations unies avaient demandé à la coalition militaire arabe dirigée par l'Arabie saoudite de ne pas bombarder Hodeida.

"Le port n'a rien à voir avec la guerre. Qu'ils se battent ailleurs, mais qu'ils ne touchent pas au port. Il sert à nos femmes, nos enfants, nos personnes âgées", a déclaré à l'AFP Ali Mohammed Yahya, qui a marché pendant six jours de Sanaa à Hodeida.

Mardi, Amnesty International a averti qu'une offensive militaire contre cette cité "causerait des destructions bien au-delà de Hodeida car la ville est un point d'accès crucial pour l'aide humanitaire internationale qui sauve des vies" au Yémen.

Sept organisations humanitaires ont aussi mis en garde contre l'effet "catastrophique" d'une éventuelle attaque contre la ville.

"Une telle opération risque de faire basculer le pays dans la famine et met en danger la vie de millions de personnes", indique un communiqué conjoint de ces organisations, dont Action contre la Faim, Médecins du Monde et Save the Children.

Un porte-parole de la coalition militaire arabe a nié que celle-ci préparait une offensive contre la cité portuaire, bien qu'elle mène des combats le long de la mer Rouge pour en déloger les Houthis.

Mardi, les participants à une réunion des donateurs sur le Yémen au siège de l'ONU de Genève ont promis 1,1 milliard de dollars (0,9 milliard d'euros) d'aide humanitaire pour 2017.

Les Nations unies avaient lancé en début d'année un appel pour récolter 2,1 milliards de dollars (1,9 milliard d'euros) afin de répondre aux besoins humanitaires du Yémen, un des quatre pays au monde menacé par la famine cette année.

"La famine peut être évitée si nous agissons rapidement", a déclaré mardi le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, à l'issue de la conférence à Genève. Il a souligné que l'ONU réclamait désormais avant tout aux parties belligérantes de garantir un "accès sans entraves" pour les humanitaires.

burs-jj/ny/hj/vl