NOUVELLES
24/04/2017 09:32 EDT | Actualisé 24/04/2017 09:41 EDT

Un vaccin contre le paludisme sera testé dans trois pays d'Afrique

Le premier vaccin jamais conçu contre le paludisme sera testé au Ghana, au Malawi et au Kenya, a annoncé lundi l'Organisation mondiale de la Santé.

Des centaines de milliers de jeunes enfants, chez qui la maladie est potentiellement la plus mortelle, seront vaccinés à compter de l'an prochain.

Le vaccin, qui offre uniquement une protection partielle contre la maladie, pourrait sauver des dizaines de milliers de vies s'il est combiné aux mesures actuelles, a dit la directrice régionale de l'OMS en Afrique, la docteure Matshidiso Moeti. Le plus grand défi sera maintenant de voir si des pays aussi pauvres sont en mesure de donner quatre doses du vaccin à chaque enfant.

Le paludisme représente un des pires problèmes de santé de la planète. La maladie infecte quelque 200 millions de personnes et fait environ 500 000 morts chaque année, principalement des enfants en Afrique subsaharienne. Les insecticides et les moustiquaires placés au-dessus des lits sont les principales mesures de protection.

Environ 90 pour cent des cas de paludisme ont été détectés en Afrique subsaharienne en 2015. Le paludisme se propage quand un moustique pique une personne infectée et en pique ensuite une autre.

Une campagne mondiale contre le paludisme aurait réduit de 62 pour cent le nombre de décès entre 2000 et 2015, selon l'OMS. L'agence onusienne prévient toutefois que les données fournies par 31 pays _ dont certains qui ont été le théâtre des pires épidémies _ sont de si mauvaise qualité qu'il est impossible d'obtenir un portrait exact de la situation.

Le vaccin sera testé chez des enfants âgés de cinq à dix-sept mois pour vérifier si l'efficacité constatée lors des essais cliniques se répète sous des conditions réelles. Au moins 120 000 enfants seront vaccinés dans chaque pays.

Il a fallu des dizaines d'années de travail et des centaines de millions de dollars pour développer ce vaccin.

Le Kenya, le Malawi et le Ghana ont été choisis en raison des programmes de prévention et de vaccination robustes déjà en place, a expliqué l'OMS. L'agence onusienne espère éradiquer le paludisme d'ici 2040.

LIRE AUSSI:

» Burkina: 4000 morts du paludisme dont 3000 enfants en 2016

» Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme amasse 13 G$

» Le moustique responsable du paludisme craint l'odeur du poulet


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter