Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Mohamed-Amine Ben-Faras, qui voulait s'en prendre à Bissonnette, est banni du Canada pendant 3 ans

Il a été arrêté samedi par des agents de la police de Québec.

L'homme qui a plaidé coupable de menaces de mort à l'endroit d'Alexandre Bissonnette, présumé auteur de l'attentat de la mosquée de Québec, devra immédiatement retourner dans son pays et sera interdit d'entrée au Canada pendant les trois prochaines années.

Mohamed-Amine Ben-Faras, âgé de 33 ans, a déjà servi l'équivalent de 11 jours de détention préventive.

Le juge Alain Morand a trouvé raisonnable la peine suggérée de façon conjointe par la Couronne et la défense, vendredi, de lui imposer une probation de trois ans, avec comme obligations: de garder la paix; d'avoir une bonne conduite; de ne pas communiquer directement ou indirectement avec Bissonnette ou les membres de sa famille; de ne pas posséder ou acquérir des armes à feu; et de ne pas se trouver au Canada pendant trois ans, sauf en présence d'un agent de la paix ou d'un agent frontalier.

L'homme à l'allure juvénile, qui est d'origine marocaine mais de nationalité italienne, a tenu à spécifier devant le tribunal qu'il n'a jamais eu d'armes.

Il a poliment salué le juge, avant d'être conduit à l'aéroport Jean-Lesage de Québec.

Jeudi, Ben-Faras, qui est le neveu d'une des victimes de la fusillade, a avoué avoir proféré des menaces de mort à l'endroit de Bissonnette parce qu'il était "très fâché, en colère".

Selon le récit de la Couronne, il a traversé l'Atlantique la semaine dernière pour se rendre sur les lieux de la tuerie. Une fois

à la mosquée, Ben-Faras a demandé où était emprisonné Bissonnette, et où habitait sa famille, en ajoutant que ça lui était égal de faire de la prison.

Des membres de la communauté musulmane de Québec qui ont détecté chez Ben-Faras une "haine dirigée vers les Occidentaux de façon générale" ont rapporté l'avoir trouvé "bizarre et même un peu perturbé", selon le procureur, Me Marc Gosselin. C'est eux qui ont sonné l'alarme.

Bissonnette est accusé du meurtre prémédité de six hommes qui se trouvaient à la grande mosquée de Québec, le soir du 29 janvier dernier, où il s'est présenté armé sur les lieux. Il est aussi accusé de cinq autres chefs de tentative de meurtre.

Voir aussi:

Attentat à la mosquée de Québec

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.