NOUVELLES
20/04/2017 10:30 EDT | Actualisé 20/04/2017 11:00 EDT

Singapour: Lutte d'influence, soupçons de corruption et perquisition avant les premières élections

Les locaux de la Fédération de football de Singapour (FAS) ont été perquisitionnés jeudi par la brigade financière, qui soupçonne des tentatives de corruption alors que deux groupes rivaux luttent depuis plusieurs semaines pour remporter les premières élections fédérales ordonnées par la Fifa, ont indiqué les autorités.

Au moins six enquêteurs ont débarqué en fin d'après-midi dans les bureaux. Et après près de huit heures de perquisition, ils sont repartis avec 18 boîtes de documents, a constaté l'AFP.

Interrogée, la police s'est refusée à tout commentaire, se contentant d'indiquer qu'elle allait "conduire une enquête poussée et qu'elle agirait de façon appropriée contre tout individu ayant commis des délits".

Des opérations similaires ont eu lieu conjointement dans les locaux de trois clubs. Depuis plusieurs semaines, deux organisations rivales se livrent une lutte d'influence et rêvent de prendre le contrôle de la Fédération le 29 avril lors des premières élections fédérales exigées par la Fifa.

Jusqu'à présent, les membres du conseil de la FAS, qui célèbre cette année son 125e anniversaire, étaient nommés par le ministre des Sports puis confirmés lors d'un vote de l'Assemblée générale annuelle. Traditionnellement, le président de la Fédération est un élu du parti au pouvoir, le Parti d'action du peuple (PAP).

La semaine passée, il est apparu que Billy Ng, qui rêve de déloger les dirigeants actuels de la FAS, aurait fait un don d'environ 340.000 euros à la Confédération asiatique (AFC) entre 2014 et 2015, via la Fédération de Singapour.

Il est également président de Tiong Bahru, l'un des deux clubs de D2 perquisitionné jeudi, et d'une autre formation de l'élite très endettée.

Les deux factions rivales s'accusent depuis l'une l'autre de complicités.

Face à ces accusations publiques, l'instance nationale qui gère les sports a confirmé s'intéresser à "un dirigeant" de Tiong Bahru ayant empêché de réaliser un audit du club. Elle le soupçonne également de "mauvaise gestion des fonds" de son club.

"Sport Singapour a procédé à d'autres vérifications qui ont fait apparaître d'autres questions graves. En accord avec nos conseillers juridiques, SportSG a décidé de fournir un rapport à la police en date du 19 avril", précisait un communiqué.

Sollicité, un porte-parole de la Fifa a simplement affirmé, par email, que la Fédération internationale "suivait la situation".

str/el/cd/sk