NOUVELLES
20/04/2017 07:16 EDT | Actualisé 20/04/2017 07:40 EDT

Moscou nie avoir bloqué une condamnation de Pyongyang à l'ONU

La Russie a démenti jeudi avoir bloqué une condamnation du dernier tir de missile nord-coréen au Conseil de sécurité de l'ONU et a accusé les Etats-Unis d'avoir rompu les discussions de "manière abrupte".

Le projet de résolution rédigé par les Etats-Unis, dont l'AFP a obtenu une copie, demandait que la Corée du Nord s'abstienne de mener d'autres essais nucléaire ou balistique, qui sont bannis par l'ONU.

Le régime de Pyongyang a tenté sans succès dimanche de lancer à nouveau un missile balistique.

La Russie voulait souligner dans la résolution, comme dans les précédents textes de l'ONU sur la Corée du Nord, le besoin de trouver une solution "par le dialogue".

"Nous n'avons pas bloqué le texte. Nous demandons d'utiliser un langage sur lequel tout le monde est d'accord", a déclaré le représentant de la Russie à l'ONU, Petr Iliichev.

"Nous sommes prêts à travailler sur ce texte et à trouver un compromis. Mais compte tenu de la manière abrupte avec laquelle (les Américains) ont arrêté (...), je ne sais pas", a-t-il déclaré à des journalistes.

Des diplomates ont confié sous couvert d'anonymat avoir été surpris que la Russie bloque une condamnation que Pékin, grand allié de Pyongyang, semblait vouloir approuver.

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir la semaine prochaine sur la Corée du Nord, sous la présidence tournante des Etats-Unis, représentés cette fois par leur chef de la diplomatie Rex Tillerson.

cml/are/kal