NOUVELLES
20/04/2017 07:00 EDT | Actualisé 20/04/2017 07:20 EDT

L'Afrique en bref du jeudi 20 avril à 15H00 GMT

Voici les principaux événements survenus en Afrique au cours des dernières 24 heures:

Nigeria-santé

ABUJA - Près de 750 personnes sont décédées depuis cinq mois d'une épidémie de méningite qui frappe le nord du Nigeria, a annoncé mercredi le Centre national nigérian de surveillance des maladies (NCDC).

Les épidémies de méningite ne sont pas rares au Nigeria, qui se situe sur la "ceinture de la méningite" qui court du Sénégal à l'Ethiopie. Le gouvernement a lancé le 5 avril une vaste campagne de vaccination, par laquelle près de 420.000 personnes ont déjà été vaccinées.Le Nigeria devait encore recevoir 823.000 doses de vaccins en provenance de Grande-Bretagne.

Niger-santé

NIAMEY - L'hépatite E a tué 25 personnes dans la région de Diffa, dans le sud-est du Niger, proche du Nigeria, qui abrite quelque 300.000 déplacés et réfugiés de Boko Haram, a indiqué mercredi soir le ministère de la Santé.

Les autorités, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), Médecins sans frontières (MSF) et l'UNICEF, ont lancé des campagnes de "sensibilisation" et prennent en charge gratuitement les malades, "à majorité des femmes enceintes", a-t-il souligné.

Afrique du Sud-politique-partis

JOHANNESBURG - Plusieurs chefs de l'opposition et des militants de la société civile sud-africaines ont annoncé jeudi leur rassemblement au sein du "Mouvement de la Liberté", une nouvelle organisation qui appelle à des manifestations contre le président Jacob Zuma.

Ce nouveau mouvement, qui ne se définit par comme un parti politique, n'inclut pas pour l'instant les Combattants pour la liberté économique (EFF) de Julius Malema, deuxième parti d'opposition, mais a reçu le soutien de poids du prix Nobel de la paix 1984, Desmond Tutu.

Mali-sécurité

BAMAKO - L'état d'urgence au Mali, en vigueur avec de rares interruptions depuis près de 17 mois, a été rétabli pour dix jours à compter de la nuit de mercredi à jeudi, a annoncé le gouvernement.

Il accorde notamment des possibilités d'intervention accrues aux forces de sécurité et restreint les rassemblements. Cette mesure d'exception a été instaurée à plusieurs reprises dans le pays depuis l'attaque jihadiste contre l'hôtel Radisson Blu de Bamako le 20 novembre 2015 (20 morts, outre deux assaillants tués).

Sénégal-incendie

DAKAR - Les forces de sécurité sénégalaises ont arrêté quatre personnes dans l'enquête sur l'incendie du 12 avril sur le site d'un rassemblement religieux musulman dans le sud-est du pays, qui a fait une trentaine de morts.

Il s'agit d'un "marabout de 72 ans, deux de ses disciples et son fils", a-t-on précisé. L'incendie aurait fait plus de 30 morts, selon un nouveau bilan provisoire publié mercredi par la presse locale, alors qu'un précédent bilan annoncé sur place le 14 avril par le président Macky Sall s'élevait à 25 morts.

Nigeria-corruption

ABUJA - Le président nigérian Muhammadu Buhari a suspendu mercredi deux hauts cadres de son administration, soupçonnés de malversations, alors que ses détracteurs l'accusaient de ne viser que des partisans de l'opposition dans sa lutte anticorruption.

Le chef de l'Etat a "ordonné la suspension" de l'un de ses plus proches collaborateurs, le secrétaire général du gouvernement David Babachir Lawal, et l'ouverture d'une enquête sur de possibles "attributions de contrats en violation de la loi et des procédures régulières". Buhari, arrivé au pouvoir en 2015, a promis de débarrasser le Nigeria de la corruption endémique qui gangrène l'administration depuis des décennies.

Angola-politique

LUANDA - Sept militants d'opposition en Angola ont été condamnés dans la nuit de mercredi à jeudi à une peine de 45 jours de prison ferme pour avoir manifesté en faveur de la transparence des élections générales prévues en août prochain.

Parmi les condamnés figure le rappeur Adao Bunga, surnommé "McLife", un militant du Mouvement révolutionnaire pour l'Angola, très critique du président Jose Eduardo dos Santos. L'Angola va changer de président en août prochain, une première depuis 1979 et l'arrivée au pouvoir de M. dos Santos.

Burkina Faso-Libye

OUAGADOUGOU - Cent-cinquante-quatre migrants burkinabé sont arrivés mercredi à Ouagadougou, évacués de la Libye par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), a constaté un journaliste de l'AFP.

Arrivés à bord d'un vol spécial, ces 147 hommes et 7 femmes ont été accueillis par des responsables du ministère en charge de la Solidarité nationale et celui des Affaires étrangères.

Zimbabwe-politique-partis

HARARE - Le chef de l'opposition zimbabwéenne Morgan Tsvangirai et l'ex-vice-présidente du pays Joice Mujuru ont annoncé mercredi la formation d'une alliance contre le président Robert Mugabe à l'occasion des élections générales prévues l'an prochain.

Joice Mujuru, ex-vice-présidente de Robert Mugabe, désormais dans l'opposition, n'a pas caché son enthousiasme après la signature de cet accord. En 2017, soupçonnée de comploter contre le régime, elle avait été évincée du parti au pouvoir.

Zambie-politique-partis

LUSAKA - Hakainde Hichilema, le chef de l'opposition zambienne, poursuivi pour "trahison" et incarcéré depuis la semaine dernière, restera en détention au moins jusqu'au 26 avril, a annoncé jeudi un juge du tribunal de Lusaka.

Le dirigeant du Parti uni pour le développement national (UPND) est inculpé pour "insultes", "refus d'obtempérer à une injonction policière" mais aussi pour "trahison". Hakainde Hichilema, opposant historique en Zambie, a échoué en août dernier pour la cinquième fois consécutive à la présidentielle.

Maroc-France-archéologie

RABAT - Le squelette d'un dinosaure marin vieux de 66 millions d'années, retiré d'une vente aux enchères à Paris fin février, a été restitué au Maroc.

Zarafasaura Oceanis, "fossile exceptionnel" aux allures de monstre du Loch Ness et estimé à 450.000 euros, devait être mis en vente début mars à l'hôtel Drouot à Paris.

Une association marocaine avait alors soupçonné une exportation illégale et dénoncé la vente comme un pillage d'un "trésor patrimonial unique". Les autorités marocaines avaient ensuite annoncé leur intention d'agir pour rapatrier la bête.

Afrique-chenilles

KIGALI - Une invasion de chenilles légionnaires, qui ont déjà causé des ravages en Afrique australe, se propage en Afrique de l'Est, touchant désormais le Rwanda, après l'Ouganda et plus récemment le Kenya, ont annoncé mercredi des sources officielles à Kigali.

Cette "chenille légionnaire d'automne", originaire des Amériques et récemment arrivée en Afrique vraisemblablement par des vols commerciaux, s'attaque notamment au maïs, au blé, au millet ou au riz et a déjà détruit des plantations de céréales dans plusieurs pays d'Afrique australe. Ces céréales constituent la base alimentaire des populations d'Afrique australe et de l'Est.

Afrique/ah/jpc