NOUVELLES
20/04/2017 05:12 EDT | Actualisé 20/04/2017 05:22 EDT

L'accès aux zones assiégées en Syrie est pire cette année, selon l'ONU

BEYROUTH — Les organisations caritatives actives en Syrie ont rejoint depuis le début de cette année moins d'assiégés qu'au même moment l'an dernier, a déploré jeudi le conseiller humanitaire des Nations unies pour la Syrie.

S'adressant aux journalistes à Genève, Jan Egeland a dit que les lignes de front se sont déplacées, mais que la souffrance des civils «demeure la même» en 2017.

Les agences humanitaires ont rejoint à peine 564 000 des quelque cinq millions de Syriens qui habitent des zones assiégées ou difficiles à rejoindre, selon M. Egeland.

Le gouvernement syrien et les rebelles permettront à environ 30 000 personnes de quitter les secteurs assiégés par leurs forces au cours des prochains mois, dans le cadre d'une entente qui, selon plusieurs, correspond à une réorganisation démographique du pays.

Plusieurs craignent que le régime ne cherche à rassembler tous ses adversaires au même endroit, en prévision d'une vaste offensive finale.

M. Egeland a dit que les Syriens ne devraient pas être chassés de chez eux par la faim et la violence.