NOUVELLES
20/04/2017 09:06 EDT | Actualisé 20/04/2017 09:20 EDT

Irlande: Polémique autour d'une maternité confiée à un ordre catholique

La polémique enflait jeudi en Irlande sur le projet du gouvernement de confier une nouvelle maternité financée par les fonds publics à une congrégation catholique impliquée dans d'anciens scandales de maltraitance des femmes.

Plus de 60.000 personnes avaient signé une pétition et plusieurs manifestations ont eu lieu pour dénoncer cette décision en faveur des Soeurs de la Charité.

Cet ordre de religieuses doit toujours trois millions d'euros à un fonds public de réparation pour dédommager les victimes du couvent de la Madeleine, une institution catholique voulant "rééduquer" les femmes non-mariées et déclarée coupable de maltraitances physiques et mentales pendant des décennies.

Le projet du gouvernement se heurte également aux critiques de ceux qui jugent inconcevable de transférer l'autorité d'une maternité à une religion opposée à des pratiques telles que l'avortement, la stérilisation ou le changement de sexe.

Le consensus règne seulement quant au besoin d'une nouvelle maternité mais son implantation fait débat depuis des années. Le gouvernement a finalement opté pour un terrain adjacent à l'hôpital St Vincent, dans le sud de Dublin, dont la congrégation des Soeurs de la Charité a fait don à l'État.

Une fois édifiée, la maternité, d'un coût de 300 millions d'euros, doit, selon les plans gouvernementaux, être placée sous la gouvernance d'un trust contrôlé par la congrégation. Le gouvernement assure que l'hôpital fonctionnera de manière indépendante et sans distinction de religion.

Mais les partis d'opposition dénoncent un "scandale". "Maintes et maintes fois nous avons appris comment l'Église, dont les Soeurs de la Charité, ont laissé tomber des femmes et des enfants. Et aujourd'hui on nous dit qu'elles auront la responsabilité d'un établissement qui accueille des femmes à un moment où elles sont probablement dans leur état le plus vulnérable. C'est tout simplement un scandale", s'est offusquée Sinead Ahern, responsables des questions féminines au Parti travailliste irlandais.

Louise O'Reilly, chargée de la Santé au parti Sinn Féin, a elle dénoncé un projet "profondément insultant et douloureux" pour les victimes et les survivants de décennies d'abus par l'Église catholique.

dd-jk/oaa/ib