NOUVELLES
20/04/2017 09:51 EDT | Actualisé 20/04/2017 10:20 EDT

Colombie: les Farc dénoncent l'assassinat d'un guérillero gracié

Les Farc ont dénoncé jeudi l'assassinat d'un guérillero, gracié dans le cadre de l'accord de paix mis en oeuvre avec le gouvernement colombien, et ont déploré le "manquement" des autorités dans la lutte contre les groupes paramilitaires.

"Le manquement à combattre les paras représente un grand risque pour le processus", a écrit sur Twitter le chef des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes), Rodrigo Londoño, connu aussi sous ses noms de guerre "Timoleon Jimenez" et "Timochenko".

Selon un communiqué publié par le chef guérillero avec son tweet, "Luis Alberto Ortiz Cabezas, surnommé 'Pepe', membre actif de l'organisation des Farc et bénéficiaire de la loi d'amnistie et gracié" a été tué de trois balles dimanche soir dernier, dans le hameau de Llorente, près de Tumaco dans le département du Nariño (sud-ouest).

L'ex-combattant des Farc "se trouvait chez lui, après avoir été libéré de la prison de Vista Hermosa il y a 15 jours", selon le texte.

Le Mécanisme tripartite de contrôle et de vérification (MMV) du cessez-le-feu avec les FARC, comptant des représentants de la guérilla, du gouvernement et de l'ONU, "est en train de vérifier" les faits, a indiqué un porte-parole du MMV.

Le communiqué diffusé par "Timochenko" est signé du commando des Farc de la zone de désarmement de La Variante, également dans le Nariño, département où opèrent des groupes armés issus des milices paramilitaires d'extrême droite démobilisées il y a une dizaine d'années, ainsi que des dissidents des Farc impliqués dans le trafic de drogue.

Depuis la signature de l'accord de paix fin novembre, les guérilleros des Farc se sont rassemblés dans 26 zones où ils doivent déposer leurs armes d'ici fin mai et préparer leur retour à la vie civile.

"Que font les autorités quant au respect de ce qui a été conclu afin de combattre les bandes paramilitaires qui sont au service des mafias, une menace réelle pour les citoyens, les guérilleros et les miliciens (collaborateurs civils de la guérilla) libérés de prison", ajoute le texte.

Le Nariño, région de grandes plantations illégales de coca (composant de base de la cocaïne dont la Colombie est le premier producteur mondial) a été ces dernières semaines le théâtre de barrages routiers et d'affrontements de cultivateurs avec les forces de l'ordre qui ont fait au moins un mort et quatre blessés.

ad/fpp/lpt

TWITTER