NOUVELLES
20/04/2017 11:44 EDT | Actualisé 20/04/2017 12:00 EDT

Colombie: découverte d'un "important" arsenal attribué aux Farc

Le gouvernement colombien a annoncé jeudi la découverte d'un "important" arsenal attribué aux Farc, avec lesquelles il met en oeuvre un accord de paix signé en novembre, un "fait qui mine la confiance" entre les parties selon la guérilla.

"Lors d'une opération de contrôle fin mars (...) a été repéré un grand dépôt illégal d'armements, qui appartenait au Front 48 des Farc, aujourd'hui dissout" et qui opérait dans le sud de la Colombie, a déclaré le ministre de la Défense, Luis Carlos Villegas, lors d'une conférence de presse.

"C'est l'un des dépôts d'armes les plus importants qui aient été saisis par les forces de l'ordre", a-t-il ajouté.

Cet arsenal, découvert à Puerto Leguizamo, dans le département du Putumayo, frontalier du Pérou et de l'Equateur, contenait notamment "54 fusils, six mitrailleuses (...) trois lance-grenades, trois mortiers, 15 grenades, 200 mines anti-personnel, 16.500 munitions, 3.600 détonateurs électriques, 16.000 cartouches", a précisé le ministre.

La découverte a été mise en cause par le chef des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes), Rodrigo Londoño ("Timoleon Jimenez" ou "Timochenko") qui l'a qualifiée sur Twitter de "fait qui mine la confiance édifiée durant ces années de négociation et d'interaction" entre la guérilla et les autorités.

Dans le cadre de l'accord signé à l'issue de quatre ans de négociations, les guérilleros des Farc se sont regroupés dans 26 zones du pays, où ils doivent déposer leurs armes d'ici fin mai sous l'égide de l'ONU et préparé leur retour à la vie civile.

"Il y a 900 caches prêtes à être récupérées en collaboration avec l'ONU. Le calendrier va en être retardé du fait de manquements du gouvernement" au respect de l'accord de paix, a déploré le chef des Farc dans un autre tweet.

L'accord de paix prévoit l'enregistrement, l'identification, le marquage, le dépôt puis la destruction des armes des quelque 7.000 combattants de la guérilla, qui doivent être déposées dans des conteneurs de l'ONU puis fondues pour ériger trois monuments.

Le confit armé, qui déchire la Colombie depuis plus d'un demi-siècle, a impliqué au fil des décennies une trentaine de guérillas, des milices paramilitaires d'extrême droite et les forces de l'ordre, faisant au moins 260.000 morts, plus de 60.000 disparus et 6,9 millions de déplacés.

ad/lda/fpp/ka/ple

TWITTER