NOUVELLES
19/04/2017 08:58 EDT | Actualisé 19/04/2017 09:20 EDT

Flèche Wallonne - Déclarations

Alejandro Valverde (ESP/Movistar), vainqueur: "Les classiques ardennaises sont des courses que j'adore. Je me sens un peu chez moi ici. Je suis en excellente condition physique et je devais en profiter. L'équipe a travaillé dès le premier kilomètre, on avait la conviction qu'on allait gagner. C'est une course qui me va très bien, elle est faite sur mesure pour moi. Aujourd'hui, mes adversaires ont durci la course dans les 50 derniers kilomètres. La BMC, la Quick-Step, sont passées à l'attaque. Heureusement, l'équipe a bien contrôlé avec l'aide des Orica. Rojas et Moreno m'ont beaucoup aidé, les autres coureurs aussi. Je n'ai jamais douté. J'ai pu être au bon endroit et prendre les bonnes trajectoires dans chaque virage. Liège-Bastogne-Liège ? Je ne pense pas que le changement de parcours change quelque chose dans la façon de courir."

Dan Martin (IRL/Quick-Step), 2e: "La course a été un peu différente des autres années. Le vent soufflait de face dans les 120 premiers kilomètres et ça ne roulait pas trop vite. Ensuite, c'est devenu plus nerveux. Comme il y avait du vent, je ne voulais pas être trop devant. Dans le final, j'ai perdu la bonne roue mais je n'ai pas paniqué. J'ai fait l'effort dans les 200 derniers mètres. C'est une nouvelle deuxième place, mon troisième podium. Un beau résultat mais toujours pas de victoire et ça fait quand même mal! Je vais peut-être (devoir) attendre la retraite de Valverde."

Dylan Teuns (BEL/BMC), 3e: "Le plus important dans le Mur de Huy, c'est la position, je l'ai constaté lors de mes deux premières participations. Au début, il faut être en 10e, 15e position au maximum. Cette fois, je me suis retrouvé dans les 5-6 premiers, au virage, avec les favoris, Valverde, Henao, Kwiatkowski. J'étais dans la roue de Valverde et j'ai essayé de le suivre quand il a attaqué. Mais je n'ai pu garder le contact que quelques mètres. A la fin, j'ai vu Dan Martin me passer très vite, j'ai dû serrer les dents pour aller jusqu'à la ligne. Je n'ai que 25 ans. Alejandro a 37 ans, ça me laisse de l'espoir pour gagner un jour."

jm/lrb