NOUVELLES
16/04/2017 05:20 EDT | Actualisé 16/04/2017 05:40 EDT

Vietnam/droit de la terre: une douzaine de policiers pris en otages près d'Hanoï

Une douzaine de policiers ont été pris en otages samedi par des villageois près de Hanoï dans le cadre d'un conflit foncier, a-t-on appris dimanche auprès de militants et de la presse gouvernementale.

Cette rare manifestation de contestation des autorités communistes s'est produite dans le district de My Duc, près de la capitale. Tout a débuté samedi lors de heurts entre les autorités et des habitants de plusieurs villages qui protestaient contre la saisie qu'ils considèrent illégale de terres leur appartenant pour les vendre à une entreprise de télécommunications appartenant à l'armée.

Des images circulant sur les réseaux sociaux montraient au moins une douzaine de personnes en uniforme retenues.

"Les habitants disent qu'ils n'ont pas l'intention de relâcher les otages tant que le gouvernement central ne sera pas intervenu", a déclaré sur les lieux dimanche un protestataire, La Viet Dung. "Les villageois ont bouclé leurs villages. Personne ne peut entrer ni sortir. La police cerne le secteur, empêchant l'accès de la presse. La situation est tendue", a-t-il dit à l'AFP.

Des tirs en l'air ont été entendus samedi lors des heurts et "certains habitants ont été interpellés par la police", a indiqué dimanche à l'AFP un habitant de My Duc, sous le couvert de l'anonymat.

Les autorités refusaient dimanche de commenter la situation.

Les conflits fonciers sont fréquents au Vietnam, où des personnalités influentes ou des entreprises revendiquent souvent le droit à posséder des terrains.

En 2012, le propriétaire d'une entreprise piscicole avait eu recours à des armes artisanales pour tenter d'empêcher son expulsion, blessant sept policiers. Il a été condamné à cinq ans d'emprisonnement, et son cas est devenu le symbole du mécontentement croissant dans le pays sur la propriété de la terre.

En 2013, un homme avait abattu dans le nord du pays un responsable provincial avant de se suicider, dans ce qui paraît avoir été aussi également un différend foncier.

bur/apj/sm/pg