NOUVELLES
16/04/2017 08:00 EDT | Actualisé 16/04/2017 08:01 EDT

Un ex-gouverneur mexicain en cavale arrêté au Guatemala

CIUDAD DE GUATEMALA — L'ex-gouverneur de l'État mexicain de Veracruz a été arrêté, dimanche, au Guatemala, après une cavale de six mois.

Devenu un symbole de la corruption au Mexique, Javier Duerte aurait dépouillé les coffres de l'État de plusieurs millions de dollars.

Blême et visiblement épuisé, Javier Duarte a été conduit vers une prison de la capitale guatémaltèque par une escorte d'au moins vingt policiers.

Selon le bureau du procureur général du Mexique, l'ex-politicien a été arrêté avec la collaboration d'Interpol et des autorités locales. Le pays devrait réclamer son extradition.

Soupçonné de blanchiment d'argent et de liens avec le crime organisé, l'homme de 43 ans avait quitté son poste de gouverneur en 2016, deux mois avant la fin de son mandat. Il était à la tête de l'État de Veracruz depuis 2010.

À son départ, il avait tenté de démentir tout lien avec une entreprise frauduleuse qui aurait décroché des contrats publics.

Il niait avoir empoché ne serait-ce qu'un seul peso d'argent public. Puis, il est disparu.

Le gouvernement mexicain a saisi des résidences et des entreprises liées à l'ex-gouverneur, en plus de geler au-delà d'une centaine de comptes bancaires.

On offrait 730 000 $ pour sa capture.

Son arrestation survient une semaine après celle de Tomas Yarrington, l'ex-gouverneur de l'État de Tamaulipas, en Italie, sur la base des soupçons similaires.

Un autre ancien gouverneur mexicain, Cesar Duarte, de l'État du Chihuahua, aurait pris la fuite, pour sa part vers le Texas.

Tous trois étaient membres du parti de l'actuel président, Enrique Peña Nieto.

Durant ses six ans à la tête de Veracruz, Javier Duarte avait été vivement critiqué pour la violence qui y régnait, alors que des corps s'entassaient dans les charniers. Son administration a été le théâtre du massacre d'au moins 16 journalistes. Les cartels de drogue s'engageaient dans des guerres territoriales et des milliers de cas de citoyens assassinés ou portés disparus demeurent à ce jour non résolus.