NOUVELLES
16/04/2017 04:39 EDT | Actualisé 16/04/2017 05:00 EDT

Mondiaux-2017 - Vogel reine du sprint

L'Allemande Kristina Vogel, déjà reine de la vitesse, a gardé son titre du keirin, dimanche à Hong Kong où les championnats du monde de cyclisme sur piste se sont achevés sur la domination australienne au tableau des médailles.

Les Australiens ont cependant échoué dans la cinquième et dernière journée des compétitions à gagner une nouvelle médaille d'or. A l'image de la paire formée de Cameron Meyer (déjà titré dans la poursuite par équipes et la course aux points) et de Callum Scotson battue par les Français Morgan Kneisky et Benjamin Thomas sur l'américaine.

Les deux autres titres sont revenus au Français François Pervis, qui a décroché sa quatrième médaille d'or sur le kilomètre, et à la Britannique Elinor Barker dans la course aux points.

Dans le keirin, Vogel a conservé son titre mondial en devançant la Colombienne Martha Bayona et la Belge Nicky Degrendele. Sixième de la finale des JO de Rio, où elle avait obtenu l'or en vitesse individuelle, l'Allemande (26 ans) a réalisé cette fois le doublé, une performance qu'elle avait déjà réussie en 2014 à Cali (Colombie).

A elle seule, Vogel a sauvé l'honneur de l'Allemagne, l'une des puissances de la piste qui s'est située très en retrait dans les épreuves messieurs. Tout comme la Grande-Bretagne qui doit quatre de ses cinq médailles à ses jeunes femmes.

Comme à leur habitude, les Britanniques ont utilisé les Mondiaux pour servir à l'apprentissage de leurs jeunes talents dans la perspective plus lointaine des JO qu'ils dominent depuis 2008. Mais d'autres jeunes pousses se sont signalés à Hong Kong, tels le Néerlandais Harrie Lavreysen (20 ans), finaliste de la vitesse individuelle contre le Russe Denis Dmitriev, ou encore le Français Sébastien Vigier (19 ans), troisième temps des qualifications dans ce même tournoi.

- Le retour de Pervis -

La France, autre nation forte de la piste, s'est replacée dans la hiérarchie sur les deux dernières journées. Thomas, déjà vainqueur de l'omnium samedi, a récidivé dans l'américaine, 24 heures plus tard, en étant associé à un maître à courir. Depuis 2013, Kneisky a gagné en effet à trois reprises le titre mondial dans l'épreuve qui sert de base aux Six-Jours, à chaque fois avec un partenaire différent (Vivien Brisse en 2013, Bryan Coquard en 2015).

Le kilomètre, qui innovait à Hong-Kong en adoptant une formule en deux temps (qualifications puis finale pour les 8 meilleurs temps), a été dominé par Pervis, auteur à chaque fois du meilleur temps. Quentin Lafargue a assuré le doublé pour la France en terminant dans le même millième que le Tchèque Tomas Babek.

"Le matin, j'ai fait un très bon temps (1 min 00 sec 482). J'ai été très surpris. Mon dernier kilomètre remontait à deux ans et je ne me suis pas entraîné récemment pour le kilomètre", s'est félicité Pervis, déjà vainqueur en 2013, 2014 et 2015.

A 32 ans, le Français a égalé les quatre autres spécialistes qui se sont imposés quatre fois dans cette épreuve historique, Lothar Thoms (RDA), Arnaud Tournant (France), Chris Hoy (Grande-Bretagne) et Stefan Nimke (Allemagne). Mais, à la différence des champions du passé, le détenteur du record du monde de la distance peut encore faire mieux. Peut-être dès l'année prochaine, à Apeldoorn, la ville néerlandaise qui accueillera les Mondiaux 2018.

jm/agu