NOUVELLES
16/04/2017 07:58 EDT | Actualisé 16/04/2017 08:01 EDT

L'armée sud-soudanaise nie le masscre 14 civils

JUBA, Soudan du Sud — Les forces armées sud-soudanaises nient les allégations selon lesquelles ses membres auraient tué 14 civils dans la ville de Raga.

Son porte-parole, le colonel Santo Domic Chlo, soutient qu'il s'agit d'une campagne de dénigrement menée par les rebelles.

«Nous ne pouvons pas tuer des citoyens dont nous sommes responsables de la sécurité. C'est un mensonge absolu», a-t-il déclaré.

Du côté de l'opposition, le porte-parole Lam Paul Gabriel maintient que des soldats ont attaqué Raga, dans le nord-ouest du pays en fin de matinée, samedi.

Ces allégations surviennent alors que les résidants de la ville de Wau rapportent des massacres ethniques. Des employés de la mission des Nations unies confirment y avoir aperçu les corps de 16 civils.

La guerre civile qui fait rage depuis maintenant trois ans au Soudan du Sud s'est intensifiée au cours des dernières semaines.

Plus tôt cette semaine, la secrétaire d'État du Royaume-Uni pour le Développement international faisait état d'une politique de la terre brûlée et de violences le long de lignes tribales.

Avec l'insécurité alimentaire, la nourriture a été transformée en véritable arme de guerre, a déploré Priti Patel.

L'ONU sonne même l'alarme quant à un risque de génocide.

L'envoyé du secrétaire général des Nations Unies, Moustapha Soumaré, exhorte les deux camps à tenir compte de la sécurité de tous les citoyens.