NOUVELLES
15/04/2017 23:50 EDT | Actualisé 16/04/2017 00:20 EDT

Irak: les dates-clés de la bataille pour Mossoul

Rappel des principales étapes de l'offensive lancée en octobre 2016 par les forces irakiennes pour chasser le groupe jihadiste Etat islamique (EI) de Mossoul, son plus important fief en Irak.

- Début de l'offensive -

Le 17 octobre 2016, les forces irakiennes lancent une vaste opération pour reconquérir la deuxième ville d'Irak où l'EI avait proclamé son "califat" en juin 2014.

Quelque 30.000 membres de l'armée, la police et le contre-terrorisme sont impliqués dans cette bataille, avec le soutien de la coalition internationale menée par les Etats-Unis.

Fin octobre, l'armée reprend la ville chrétienne de Qaraqosh, à une quinzaine de kilomètres, après 27 mois d'occupation jihadiste. En deux semaines, des dizaines de localités sont reprises.

- Entrée dans Mossoul -

Début novembre, l'armée annonce être entrée dans la ville pour la première fois depuis juin 2014, par l'est.

Le chef de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi, sort d'un an de silence pour exhorter ses troupes à lutter jusqu'au martyre pour défendre Mossoul.

Le 8 novembre, les peshmergas, combattants kurdes irakiens, annoncent avoir repris Bachiqa, à une douzaine de km au nord-est. Le 13, les forces irakiennes reprennent le site antique de Nimrod, à une trentaine de km.

De leur côté, les forces paramilitaires du Hachd al-Chaabi (Mobilisation populaire), dominées par les milices chiites, annoncent fin novembre avoir coupé la voie d'approvisionnement de l'EI entre Mossoul et Raqa, son fief en Syrie à quelque 400 km.

Le 29 décembre, après une pause de deux semaines, les forces irakiennes lancent la "deuxième phase" de leur offensive. Elles s'étaient heurtées à une forte résistance des jihadistes, qui ont mené des attentats suicide.

- Mossoul-Est 'libéré' -

Le 8 janvier 2017, les forces d'élite atteignent pour la première fois le Tigre depuis l'est. Le 16, le porte-parole du service de contre-terrorisme irakien (CTS), fer de lance de l'offensive, annonce la reprise du tombeau de Jonas, important sanctuaire du pays détruit par les jihadistes en 2014.

Le 24 janvier, les forces irakiennes annoncent avoir "totalement libéré" la partie est de Mossoul.

- Début de l'offensive sur l'ouest -

Le 19 février, le Premier ministre Haider al-Abadi annonce le lancement de l'offensive pour reprendre l'ouest.

Le 24 février, les forces irakiennes entrent dans l'ouest après avoir reconquis l'aéroport désaffecté et la base proche de Ghazlani. Elles prennent ensuite le contrôle du 4e pont sur le Tigre, le plus au sud des cinq ponts partiellement détruits par l'EI.

Le 12 mars, l'envoyé spécial américain auprès de la coalition antijihadistes affirme que les forces irakiennes ont coupé tous les accès routiers à Mossoul-Ouest, piégeant l'EI.

Le 14 mars, les forces irakiennes annoncent la reprise d'un nouveau site symbolique: la gare ferroviaire. Elles ont déjà repris plusieurs bâtiments importants ou symboliques à Mossoul-Ouest, à l'instar du siège du gouvernement de la province de Ninive, ainsi que le musée vandalisé par les jihadistes.

- Lourdes pertes civiles -

Le 25 mars, des responsables irakiens affirment que des raids aériens contre l'EI à Mossoul ont tué des dizaines de civils. La coalition reconnaît avoir procédé à un raid le 17 mars dans un secteur de la ville où des pertes civiles ont été rapportées. Selon des responsables irakiens et des témoins, des raids aériens ont tué de nombreux civils dans le quartier de Mossoul al-Jadida.

En déplacement en Irak le 30 mars, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres affirme que la protection des civils doit être "une priorité absolue".

Plus de 200.000 habitants ont fui la partie ouest. Et, selon l'ONU, quelque 600.000 autres restent piégées dans Mossoul-Ouest.

acm/kd/cmk