NOUVELLES
16/04/2017 05:23 EDT | Actualisé 16/04/2017 05:40 EDT

Corée du Nord: consensus mondial, Chine comprise, que la situation "ne peut durer" (conseiller Trump)

Le conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump a affirmé dimanche que les dirigeants chinois travaillaient étroitement avec les Etats-Unis pour résoudre la question du nucléaire nord-coréen.

"Il existe un consensus international, y compris avec les Chinois et les dirigeants chinois, pour dire que la situation ne peut pas durer", a déclaré le général H.R. McMaster lors d'un entretien à la chaîne américaine ABC, en duplex de l'Afghanistan où il est en déplacement.

Il a pris soin de souligner plusieurs fois l'inquiétude, selon lui, des dirigeants chinois eux-mêmes sur le sujet.

"Nous travaillons avec nos alliés et partenaires, et avec les dirigeants chinois, pour développer une palette d'options", a expliqué H.R. McMaster.

Le général, qui dirige le conseil de sécurité nationale, a dit que le président Trump et son homologue chinois Xi Jinping avaient "noué une relation chaleureuse" lors de leur rencontre en Floride début avril.

"Sur la Corée du Nord, ils ont travaillé ensemble", a-t-il dit, saluant aussi le "courage" de M. Xi pour s'être "distancé" des Russes sur la Syrie, Pékin s'étant abstenu lors du récent vote au Conseil de sécurité à l'ONU.

"Il existe un réel consensus entre le président, nos alliés-clés de la région --le Japon et la Corée du Sud en particulier, mais aussi les dirigeants chinois-- pour dire que ce problème arrive à un point critique", a dit H.R. McMaster. "Il est donc temps que nous entreprenions toutes les actions possibles, avant l'option militaire, pour tenter de résoudre cela pacifiquement".

"Nous allons devoir avoir recours aux dirigeants chinois", a-t-il encore martelé. "La Corée du Nord est très vulnérable aux pressions des Chinois".

Quelques heures plus tôt, Donald Trump avait évoqué la Corée du Nord au détour d'un tweet sur sa décision de ne plus accuser la Chine de manipuler sa monnaie.

"Pourquoi accuserais-je la Chine de manipuler sa monnaie tant qu'ils travaillent avec nous sur le problème nord-coréen? Nous verrons ce qui se passe!", a écrit le dirigeant américain.

ico/elm