NOUVELLES
16/04/2017 01:47 EDT | Actualisé 16/04/2017 02:00 EDT

C1/quarts retour - Bayern Munich: "L'irremplaçable" Lewandowski incertain face au Real Madrid

"Un seul être vous manque et tout est dépeuplé..." A trois jours de son quart-de-finale retour de Ligue des champions contre le Real Madrid (aller 1-2), Munich ne sait toujours pas s'il pourra compter sur son buteur vedette, l'indispensable Robert Lewandowski.

"Il est irremplaçable", a asséné samedi soir Lothar Matthäus, champion du monde 1990 aujourd'hui consultant influent à la télévision, après le 0-0 du Bayern à Leverkusen en championnat, et le festival d'occasions gâchées par l'Allemand Thomas Müller et les autres attaquants bavarois.

Touché à l'épaule, le Polonais est incertain au moment où son club a le plus besoin de lui, pour aller mardi à Madrid renverser une situation très compromise par la défaite à domicile 1-2.

Carlo Ancelotti, le coach italien recruté à l'intersaison dans le but de gagner la Ligue des champions, avait pourtant cru pouvoir cultiver la pensée positive: "Nous sommes forts avec Lewandowski, nous sommes forts aussi sans lui", avait-il dit avant la première manche.

Mais le Bayern, en vérité, ne joue quasiment jamais sans son canonnier, et manque donc cruellement de points de repères en son absence.

Depuis son transfert à Munich en 2014, le Polonais n'a en effet manqué que... huit matches (sur 148!) dont trois seulement sur blessure, et aucun en Ligue des champions. Ses statistiques disent le reste: 39 buts au total dans la compétition reine (en 60 matches), dont 22 pour Munich (en 32 matches), et déjà sept cette saison (en huit matches).

- Miracle au Bernabeu -

Contre Madrid, l'actuel meilleur buteur de la Bundesliga possède en outre un atout psychologique de taille: il avait réussi en 2013, sous le maillot de Dortmund, un quadruplé historique (4-1), mettant KO à lui seul le géant espagnol en demi-finale finale de Ligue des champions.

"Irremplaçable", le buteur l'est tellement que le Bayern n'a même pas cherché à le remplacer. Alors que tous les postes de joueurs de champ de l'équipe peuvent être occupés par au moins deux internationaux (ou ex-internationaux), Lewandowski est le seul à n'avoir pas de doublure. Müller, qui a joué en pointe contre le Real, n'est pas un avant-centre typique, et son manque de réussite cette saison est rédhibitoire pour le poste.

Le patron du Bayern Karl-Heinz Rummenigge, qui verse à l'ancien joueur de Poznan un salaire estimé à 15 millions d'euros annuels, voit en lui "l'un des trois meilleurs attaquants du monde". Et justifiait récemment l'investissement en notant que le Polonais "marque beaucoup de buts chaque saison et n'est jamais blessé".

"Dans sa tête, il pense à bien s'alimenter, à bien dormir, à bien s'entraîner 24 heures sur 24", témoigne son ancien coach Pep Guardiola, qui constate lui aussi: "Il n'est jamais blessé, parce qu'il se concentre sur ces choses. Il sait toujours exactement ce qui est important pour être dans la meilleure forme possible".

Jamais blessé... sauf cette semaine, à cause d'une mauvaise chute lors du "Klassiker" contre Dortmund le 8 avril (4-1), au cours duquel il avait réussi un doublé. De son prompt rétablissement dépendra en grande partie la capacité du Bayern à réussir mardi (20h45) un renversement miracle au Santiago-Barnabeu.

cpb/agu