NOUVELLES
15/04/2017 16:06 EDT | Actualisé 15/04/2017 16:21 EDT

Malgré les difficultés, il n'y aura aucun changement à l'attaque à cinq des Sharks

EDMONTON — L'entraîneur-chef des Sharks de San Jose, Peter DeBoer, a indiqué qu'il n'allait apporter aucun changement à son avantage numérique, même si celui-ci est devenu un véritable problème en séries.

Après deux matchs, les Sharks n'ont marqué qu'un seul but en 12 occasions en supériorité numérique et ils ont même alloué deux buts aux Oilers en pareille situation, vendredi soir.

«Nous devons simplement nous mettre au travail, a affirmé DeBoer, samedi. Nous avons touché la cible en avantage numérique lors du premier match, mais nous ne l'avons pas fait au second. Nous n'étions pas assez affamés et les Oilers ont travaillé plus fort que nous pour les rondelles libres.»

Les deux buts en désavantage numérique des Oilers, ceux de Zack Kassian et Connor McDavid, ont permis à la troupe de Todd McLellan de créer l'égalité dans la série. Le troisième duel aura lieu dimanche, à San Jose.

L'attaque à cinq des Sharks n'était pas bonne cette saison et elle a terminé au 25e rang de la LNH. Mais depuis la blessure à Joe Thornton, les choses vont encore moins bien. Thornton s'est blessé au genou gauche il y a deux semaines et il pourrait revenir au jeu prochainement.

«Joe pourrait assurément nous aider dans plusieurs situations, dont sur l'avantage numérique, mais il n'est pas en uniforme, a observé DeBoer. Nous devons trouver une façon de bien faire les choses avec le groupe de joueurs que nous avons actuellement.»

Les Sharks ont également besoin que Logan Couture retrouve ses repères. Couture a reçu un tir en pleine mâchoire il y a trois semaines et il est revenu au jeu pour le début des séries. Il était muni d'une grille et, de son propre aveu, il se sent un peu rouillé.

Les Oilers n'ont montré aucune pitié à son égard lors du deuxième duel. Ils l'ont mis en échec à plusieurs occasions, dont une violente de la part de Kassian.

«C'est comme ça en séries, a expliqué DeBoer. Ce n'est pas la première équipe à s'imposer physiquement contre des joueurs clés.»

Ironiquement, les nombreuses visites des Oilers au banc des pénalités ont plutôt ouvert la porte à leur meilleure arme offensive: McDavid.

Les Sharks ont fait du bon travail à forces égales pour contenir le capitaine des Oilers, mais ils n'ont pas réussi à répéter l'exploit sur les unités spéciales.

McDavid, le meilleur pointeur de la LNH cette saison, a obtenu une aide en avantage numérique lors du premier match et il a fait bouger les cordages lors du deuxième pour sceller l'issue de la rencontre.

«J'aime jouer en désavantage numérique, surtout dans les parties où nous écopons plusieurs pénalités. Ça me garde dans mon match, a insisté McDavid. Mais ce n'est définitivement pas la recette à employer pour avoir du succès.»

McLellan était d'avis que son équipe jouait avec le feu en écopant six pénalités par match.

«Nous allons continuer à jouer physique, a-t-il ajouté. Tu ne peux toutefois pas toujours gagner en écoulant 12 minutes de pénalité. Nous devrons être plus disciplinés.»