NOUVELLES
15/04/2017 08:23 EDT | Actualisé 15/04/2017 09:00 EDT

La France répare une "injustice" et naturalise 28 tirailleurs sénégalais

Réparer une "injustice" et quelques humiliations aussi: 28 anciens tirailleurs sénégalais ont été solennellement "réintégrés" samedi dans la nationalité française, six décennies après en avoir été privés par l'indépendance des colonies africaines de la France.

Sous les ors de la salle des fêtes du palais présidentiel, l'Élysée, le chef de l'État François Hollande a présidé cette cérémonie en l'honneur de ces anciens combattants dans les rangs de l'armée française, en Indochine ou en Algérie, aujourd'hui octogénaires, appuyés pour la plupart sur une canne, la poitrine bardée de médailles.

Dans le groupe, figurent 23 Sénégalais mais aussi deux Congolais, deux Centrafricains et un Ivoirien.

En entonnant la Marseillaise, l'hymne national français, certains avaient les larmes aux yeux.

François Hollande a célébré ces "retrouvailles", remettant à chacun d'eux le décret qui en fait un citoyen français. Il a "fallu mener un long combat pour que la France consente enfin à réparer cette injustice", a-t-il reconnu.

"Vous êtes l'histoire de France" et celle-ci a une "dette de sang" à votre égard, leur a-t-il lancé.

"C'est l'aboutissement d'un long combat", s'est réjouie dans les mêmes termes Aïssata Seck, élue d'une commune à l'est de Paris, à l'origine d'une pétition en faveur des tirailleurs signée par 60.000 personnes.

"Ces Français par le coeur sont dans des situations terriblement précaires. Munis de simples cartes de séjour, ces retraités n'ont d'autre choix que de rester seuls sur le territoire français. Partir finir leur vie au Sénégal, près de leurs familles, signifierait perdre leurs faibles pensions", expliquait-elle dans sa pétition.

D'autres cérémonies similaires devraient suivre, dans le cadre moins solennel de préfectures. "Tous les anciens tirailleurs qui résident en France et qui en feront la demande bénéficieront de la même réponse" positive, a assuré François Hollande. Ils seraient encore quelques dizaines, selon l'Élysée.

- 'Couverts de gloire' -

"Aujourd'hui, je pose un nouveau principe: ceux qui se sont battus pour la France et qui font le choix d'y vivre doivent pouvoir devenir Français", a insisté le président de la République.

Le président François Hollande s'était engagé en décembre à faciliter l'octroi de la nationalité française à ces soldats d'Afrique subsaharienne, à l'occasion d'une visite d'État à Paris du président sénégalais Macky Sall.

Jeune militaire, Abdoulaye Diop, 82 ans, a roulé sa bosse en Algérie, en Nouvelle-Calédonie ou à Tahiti. Pour lui, cette cérémonie restera comme une "réparation" après l'"injustice flagrante" du refus d'une première demande de réintégration. Mais dans quelques jours, a-t-il dit, il sera "fier d'aller voter" pour la présidentielle.

Même sentiments mêlés pour Mohamed Touré, 83 ans, qui a subi comme une "humiliation" les tests de langue de rigueur mais a rendu hommage à François Hollande, qui "a fait ce qu'aucun de ses prédécesseurs n'avait imaginé".

Lui aussi ira voter mais sans savoir encore "pour qui". La dernière fois, s'est-il souvenu, c'était "pour un référendum", quand il était encore "militaire français".

Les 28 tirailleurs honorés samedi (dont l'un s'était fait représenter) incarnent la "dernière génération" d'une longue lignée de combattants africains, engagés volontaires ou enrôlés d'autorité dans les rangs de l'armée française.

Si les premiers régiments ont été formés au Sénégal, ces "tirailleurs sénégalais" à la célèbre chéchia rouge étaient originaires de toutes les colonies françaises, de l'Afrique de l'ouest et du centre, jusqu'à Madagascar.

"On sait qu'ils étaient plus de 200.000 hommes lors de la Première guerre mondiale, 150.000 pour la Seconde, 60.000 en Indochine...", explique l'historien Julien Fargettas, auteur d'un ouvrage consacré à ces "soldats noirs".

Ils se sont "couverts de gloire sur tous les fronts", a souligné pour sa part François Hollande, rappelant qu'il serait dimanche au Chemin des Dames pour marquer le centenaire de cette offensive, où figuraient "en première ligne" ces tirailleurs venus de si loin.

ha/jg/ms