NOUVELLES
12/04/2017 18:59 EDT | Actualisé 12/04/2017 21:22 EDT

Rangers: Henrik Lundqvist a rapidement chassé ses démons face au Canadien

MONTRÉAL — Henrik Lundqvist a passé un message très clair aux joueurs du Canadien et aux partisans montréalais alors qu'il n'y avait pas encore quatre minutes d'écoulées dans le premier match de leur série quart-de-finale de l'Association Est.

Après environ 3:40 de jeu, le gardien des Rangers a réalisé un arrêt spectaculaire avec le bras aux dépens de Dwight King, avant de saisir le retour accroché avec la main par Brendan Gallagher. Le ton était donné.

Lundqvist a été imbattable pendant toute la soirée, accumulant 31 arrêts. Il a du même coup signé un deuxième jeu blanc consécutif en séries face au Canadien, lui qui avait réservé le même sort au Tricolore le 29 mai 2014, quand les Rangers avaient mis la touche finale à leur victoire en finale de l'Est.

Pourtant, Lundqvist était condamné à être le bouc-émissaire de la série avant même que Ginette Reno eut entamé l'Ô Canada pour une première fois. Le gardien suédois n'avait pas gagné à ses sept dernières visites au Centre Bell en saison régulière et il avait un dossier de 1-7 face au Canadien depuis la série du printemps 2014.

Avec une tonne de pression sur les épaules, Lundqvist a rappelé à tout le monde pourquoi il est surnommé le «King».

«Il aime les matchs importants. Il est à son meilleur quand le match est serré, a raconté l'attaquant des Rangers Tanner Glass, qui a inscrit le premier but dans la victoire de 2-0 des Rangers. Tant que nous faisons notre travail en couverture devant lui, nous avons pleinement confiance qu'il va faire les arrêts.»

Autre facteur pour expliquer le doute entourant Lundqvist avant la rencontre: il a compilé les pires statistiques de sa carrière pendant la saison. Il avait aussi raté quelques matchs en mars en raison d'un problème à la hanche. Tout ça est maintenant chose du passé.

«Je me sentais bien depuis quelques matchs, a expliqué Lundqvist, qui est âgé de 35 ans. Oui, j'ai dû faire quelques gros arrêts, mais les gars ont minimisé les chances devant moi.

«C'était un de nos meilleurs matchs en tant qu'équipe depuis un bon bout de temps. Nous avions un plan et nous l'avons exécuté à merveille.»

Lundqvist a surtout louangé le travail de ses coéquipiers en infériorité numérique.

Le Canadien a été incapable de profiter de ses trois avantages numériques et Lundqvist a réalisé son plus bel arrêt du match dans cette situation en deuxième période. Il a réagi au dernier moment pour frustrer Shea Weber après une mise en scène parfaite d'Alexander Radulov avec une passe latérale.

«Nous sentions que le Canadien avait confiance quand il se présentait en avantage numérique et nous avions beaucoup parlé au cours des derniers jours de l'importance de bien faire en infériorité numérique, a-t-il raconté. Nous avons fait du très bon travail et ç'a donné le ton.»

Et le message de Lundqvist est clair: la marge d'erreur de Carey Price sera très petite devant le filet du Canadien.