POLITIQUE
12/04/2017 09:11 EDT

Malala honorée par les parlementaires canadiens (VIDÉO)

La lauréate du prix Nobel de la paix Malala Yousafzai s'est adressée aux députés et aux sénateurs dans une Chambre des communes pleine à craquer, mercredi midi. Après avoir reçu la citoyenneté canadienne honoraire des mains de Justin Trudeau, la jeune Pakistanaise a pressé le Canada à s'investir dans l'éducation des filles, partout dans le monde.

Réservée, arborant un sourire timide et parlant anglais d'une voix assurée, Malala Yousafzai a qualifié « d'honneur incroyable » le fait de devenir citoyenne d'honneur du Canada. Un pays qui se porte à la défense de l'humanité et qui constitue un exemple pour le monde entier, a-t-elle déclaré en substance.

«Bien que je demeurerai toujours fière citoyenne du Pakistan et fière Pashtoune, je suis reconnaissante d'être citoyenne d'honneur de votre nation de héros.» - Malala Yousafzai

Mais dans son discours au Parlement canadien, cette jeune Pakistanaise - que des talibans avaient tenté d'assassiner en octobre 2012 - n'avait pas que des éloges. Elle avait aussi des attentes : « Cher Canada, faites de l'éducation des filles le thème central de votre présidence au G7 l'an prochain, a-t-elle demandé. Usez de votre influence pour contribuer à combler le déficit dans le financement de l'éducation ».

Malala Yousafzai a aussi appelé le Canada à jouer un rôle de leader dans le Partenariat mondial pour l'éducation et à faire en sorte que les réfugiés puissent tous avoir une éducation de niveau secondaire.

Les Canadiens, chanceux de pouvoir fréquenter l'école

Plus tôt en matinée, la jeune femme était de passage dans une école secondaire d'Ottawa, en compagnie de Sophie Grégoire, la femme du premier ministre.

Aux élèves rassemblés devant elle, la jeune Pakistanaise a déclaré en anglais « qu'ils étaient bénis d'avoir l'occasion de lire, d'apprendre, de venir à l'école et d'avoir des amis. C'est une occasion qui n'existe pas pour beaucoup de jeunes ».

«Il y a plus de 130 millions de jeunes filles qui n'ont pas accès à l'éducation dans le monde aujourd'hui. Et je suis là pour parler en leur nom, afin de leur dire que si vous vivez dans cette société moderne, où on voit des améliorations technologiques, on ne devrait pas voir des enfants en dehors de l'école.» - Malala Yousafzai

Malala devait recevoir son certificat de citoyenneté des mains de l’ancien premier ministre du Canada Stephen Harper le 22 octobre 2014 pour son courage déployé en faveur du droit des filles à fréquenter l’école.

La fusillade qui a éclaté ce jour-là sur la colline du Parlement avait cependant forcé l’annulation de l’événement.

Survivante et militante pour la paix et l'éducation

Malala Yousafzai a été consacrée messagère de la paix de l'Organisation des Nations unies (ONU). À 19 ans, elle est devenue la plus jeune messagère de l'organisation. La jeune femme est déterminée à poursuivre son combat pour assurer un accès à l’éducation pour les jeunes filles de la planète.

Le 9 octobre 2012, Malala Yousafzai, alors âgée de 15 ans, a survécu à une tentative d’assassinat perpétrée par des talibans au Pakistan. Le tireur avait fait irruption dans son autobus scolaire, lui avait tiré dessus et l'avait blessée gravement.

Les talibans l’avaient prise pour cible en raison de sa campagne pour le droit des filles à fréquenter l’école au Pakistan. Elle caressait, à cette époque, le rêve de devenir médecin.

Soignée à Birmingham, au Royaume-Uni, Malala avait passé trois mois en convalescence à l’hôpital. Elle est finalement demeurée au Royaume-Uni, où elle vit avec sa famille. Elle continue de militer pour le droit des filles à l’éducation.

«Vous êtes un exemple de bonté, autant avec vos mots qu'avec vos gestes. Votre histoire en est une d'une fille ordinaire qui fait des choses extraordinaires.» - Justin Trudeau

Le 12 juillet 2013, à l’occasion de son 16e anniversaire, l'ONU a créé la Journée Malala pour défendre l'éducation dans le monde.

En octobre 2014, elle a reçu le prix Nobel de la paix.

Un honneur décerné pour mérite exceptionnel

La citoyenneté honorifique que recevra la jeune femme est purement symbolique, et ne lui confère pas de droits, de privilèges ou de statuts tels qu’un permis d’entrée spécial au Canada, le droit de voter ou celui de détenir un passeport canadien.

Les récipiendaires de cette citoyenneté honorifique n’ont aucune obligation ou devoir associés à la citoyenneté canadienne.

Le Canada a fait citoyens honoraires dans le passé cinq autres personnes : Raoul Wallenberg, Aung San Suu Kyi, Tenzin Gyatso, le 14 e Dalaï-lama et Karim Aga Khan IV.

Cet honneur est décerné par le gouverneur général, avec la permission du Parlement du Canada, aux citoyens étrangers de mérite exceptionnel.

LIRE AUSSI:

» Malala visite le plus grand camp de réfugiés au monde

Voir aussi: